Sigmar Polke

L'ŒIL

Le 21 décembre 2007

A 61 ans, Sigmar Polke poursuit son entreprise iconoclaste.
48 de ses œuvres récentes, dont beaucoup montrées pour la première fois, sont réunies au Dallas Museum of Art avant d’entamer une tournée mondiale qui passera notamment par la Tate Modern, à Londres. Sigmar Polke est certes devenu, comme Gerhard Richter, avec qui il inventait en 1963 le Réalisme capitaliste, un artiste mythique quelque peu condamné par le marché à la répétition des formes qui ont fait sa renommée. Comparable à bien des égards au Pop art, son travail continue néanmoins de saper systématiquement les images médiatiques pour en faire paraître le ridicule et la futilité. Sur le même mode satirique et jubilatoire hésitant entre figuration et abstraction, Polke continue de juxtaposer, de superposer et de toujours ramener sur un même plan des images existantes empruntées à des médias divers et des formes appartenant, elles, au registre de la peinture abstraite. Lui qui dit avoir reçu à ses débuts l’ordre divin de « peindre des flamants roses » travaille aujourd’hui avec des images témoignant de la banalisation de la violence. La dernière série exposée à Dallas utilise notamment comme toile de fond des photographies d’un concours de tir à la carabine ou encore des images prises par des satellites espions.

DALLAS, Dallas Museum of Art, 1717 North Harwood, tél. 001 214 922 1200, 15 novembre-31 mars.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°543 du 1 janvier 2003, avec le titre suivant : Sigmar Polke

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque