Vendredi 23 février 2018

Questions à… Thierry Raspail, directeur du musée d’Art contemporain de Lyon

Par Philippe Piguet · L'ŒIL

Le 23 février 2010

Pourquoi présenter Ben ?
Ben fait partie de ces artistes qui ont une très grande importance dans l’histoire de l’art des années 1960-1970, à un moment où ont été redéfinis les supports et les concepts. Ce qui n’est pas toujours perçu comme tel. Aussi l’exposition vise-t-elle à remettre la démarche de Ben à sa juste place en faisant valoir le rôle essentiel et souvent pionnier qui a été le sien.

Comment qualifieriez-vous justement sa démarche ?
C’est une démarche tragique. Ben, pour ne pas pleurer, a choisi de faire rire, de jouer avec les mots et s’est placé dans le camp de la légèreté mais, en réalité, il est dans le doute permanent. Sa démarche se situe à la croisée de l’anthropologie et de l’art.

L’œuvre de Ben est-elle poétique ?
Ben est dans un projet de nature poétique qui en appelle au mot et au comportement. Une poétique de la société et de l’urbain. Comme tout poète, Ben est seul face au monde.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°622 du 1 mars 2010, avec le titre suivant : Questions à… Thierry Raspail, directeur du musée d’Art contemporain de Lyon

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque