Quand l’architecture ne manquait pas de souffle

Une exposition de l’Ifa conduit à s’interroger sur la disparition des « délires utopisants »

Le Journal des Arts

Le 13 août 2008

Première exposition du « nouvel » Institut français d’architecture dirigé par Jean-Louis Cohen, l’exposition du jeune historien spécialiste des avant-gardes Marc Dessauce – conçue dans un premier temps pour The Architectural League of New York – témoigne de l’ambition de concilier rigueur historique et souci didactique. Consacrée à la mode « pneumatique » qui a gagné l’architecture peu avant les événements de Mai 1968, elle apparaît comme un appel implicite aux architectes d’aujourd’hui à retrouver, sinon l’utopie, du moins l’allégresse.

PARIS - Accompagné d’un colloque consacré à l’influence des événements de Mai 68 sur l’architecture, l’exposition conçue par Marc Dessauce (qui s’était déjà signalé par un courageux essai sur le très discuté Frederick Kiesler, à l’occasion de l’exposition du Centre Pompidou) nous invite à redécouvrir la mode de l’architecture pneumatique apparue à la fin des années soixante. Richement documentée et didactiquement présentée en deux sections complémentaires, elle oriente habilement le visiteur dans le dédale des influences – théoriques, esthétiques, techniques – qui ont permis l’apparition de cette mode aussi fugitive que spectaculaire. Ainsi, dans un premier temps, le visiteur est-il invité à découvrir la production architecturale et théorique des architectes du groupe Utopie (Jean Aubert, Jean-Paul Jungmann et Antoine Stinco) fondé en 1966 par le critique Hubert Tonka (en compagnie d’un certain... Jean Baudrillard), pendant hexagonal du groupe anglais Archigram.

Extension à d’autres expressions
On en retiendra le projet – il tient autant de la maison close que du vaisseau spatial – d’une Habitation pneumatique expérimentale conçue en 1967 par Jean-Paul Jungmann (autrement baptisée Dyodon, du nom d’un poisson qui enfle lorsqu’il est menacé), entièrement constituée d’éléments gonflés et ajointés, déclinant – jusqu’aux meubles – un environnement domestique tout en rondeur. À côté de ces projets manifestes et de l’environnement (abordé dans la seconde partie) qui a permis l’émergence, en particulier aux États-Unis, des premiers édifices à structure pneumatique, l’exposition fait ressortir le succès d’un motif architectural qui s’est propagé à d’autres expressions culturelles – à moins que ce ne soit l’inverse –, au point de devenir une sorte de signe de reconnaissance de ces années pré-révolutionnaires. Ainsi, tour à tour, le cinéma (Mr Freedom de William Klein), l’art contemporain (le ballon Silver Clouds d’Andy Warhol, 1966), le vêtement, le mobilier ou encore les manifestations d’agit-prop seront gagnés par la mode “pneumatique” avant que celle-ci ne connaisse une consécration en forme de récupération institutionnelle à l’Exposition universelle d’Osaka, en 1970, où de nombreux pavillons nationaux relevaient du genre “gonflable”. À travers deux textes – brillants mais un peu ésotériques – introduisant chacune des sections, Marc Dessauce délivre quelques clefs d’interprétation de cet engouement, faisant en particulier apparaître la connivence entre révolution et esthétique pneumatique (d’où le titre), celle-ci renvoyant à celle-là une représentation ambiguë, à la fois optimiste et grotesque, où l’espérance sincère d’une utopie fusionnelle se confond avec l’ironique dénonciation d’une civilisation qui se découvre aussi vide que spectaculaire. Nuancée dans ses conclusions – utopie concrète ou simulacre d’utopie ? –, l’exposition invite implicitement à s’interroger sur la disparition des “délires utopisants” qui ont alimenté l’histoire légendaire de l’architecture.

PNEUMATIQUE ET POLITIQUE

Jusqu’au 20 février, Institut français d’architecture, 6bis rue de Tournon, 75006 Paris. Entrée libre du mardi au samedi, 12h30-19h.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°75 du 22 janvier 1999, avec le titre suivant : Quand l’architecture ne manquait pas de souffle

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque