Lundi 20 septembre 2021

Art ancien - Art moderne - Art contemporain

Plus de 40 expositions inratables cet automne !

Par La Rédaction · L'ŒIL

Le 31 août 2021 - 4090 mots

FRANCE

Après une année 2020-2021 difficile, marquée par la fermeture des lieux d’exposition, la rentrée s’annonce riche en événements. Art ancien, art contemporain… nos coups de cœur expos de la rentrée.

Vincent van Gogh, La Mer aux Saintes-Maries, 1888. © Musée des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.
Vincent van Gogh, La Mer aux Saintes-Maries, 1888.
© Musée des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.
La fabrique de Dante

Fondation Bodmer, Genève (Suisse)
Du 24 septembre au 28 août 2022

Il y a 700 ans disparaissait Dante Alighieri, le père de la langue italienne moderne et l’auteur de La Divine Comédie (1304-1321), trésor de la littérature mondiale. Pour célébrer cet anniversaire, la Fondation Bodmer, collection d’incunables et de manuscrits, conçoit une exposition-hommage qui abordera le poète tant sous un éclairage intime (par le biais des ouvrages de sa bibliothèque) que sous celui du texte lui-même avant de faire la part belle à la lecture qui a été faite de son œuvre au fil des siècles par des lecteurs aussi divers que Baudelaire ou David Bowie.

La Collection Morozov, icônes de l’art moderne - COUP DE ❤️

Fondation Louis Vuitton, Paris
Du 22 septembre au 22 février 2022

Plus de 1,2 million de visiteurs ont vu l’exposition de « La collection Chtchoukine » en 2016. En raison des jauges sanitaires et des difficultés à voyager, il est peu probable que la Fondation Vuitton puisse réitérer cette année ce record avec la collection des frères Morozov. Pourtant, tous les ingrédients sont une nouvelle fois réunis : une collection russe mythique, concurrente au début du XXe siècle de la collection Chtchoukine et nationalisée en décembre 1918 par les bolcheviks, des chefs-d’œuvre à la pelle de Gauguin, Picasso, Matisse, Van Gogh, Cézanne, Malevitch, Gontcharova, etc. Aujourd’hui dispersées entre plusieurs musées russes, deux cents de ces œuvres de l’art moderne français et russe font le voyage à Paris pour un événement historique.

Soutine – Willem de Kooning

Musée de l’Orangerie, Paris
Du 15 septembre au 10 janvier 2022

Le premier est un peintre figuratif russe de l’école de Paris ; le second, un grand nom de l’art abstrait américain. Tout oppose les deux artistes, géants du XXe siècle. Pourtant, l’Orangerie les réunit dans un accrochage qui fait dialoguer une cinquantaine de leurs œuvres. Trois ans après l’exposition sur l’influence du « dernier Monet » sur l’abstraction américaine, le musée met en exergue ce que Willem de Kooning (1904-1997) doit à Chaïm Soutine (1893-1943), dont il a pu voir des toiles aux États-Unis, à New York et à la collection Barnes, à Philadelphie, et dont il a dit : « J’ai toujours été fou de Soutine. »

Jean-Francis Auburtin, un âge d’or

Musée de Lodève
Du 25 septembre au 27 mars 2022

Célébré en son temps comme le nouveau Puvis de Chavannes, Jean-Francis Auburtin (1866-1930) s’est fait une spécialité des grandes compositions marines. Coproduite avec les musées de Pontoise où elle sera présentée en 2022, cette rétrospective rend hommage, en une centaine d’œuvres, à ce portraitiste de la nature, proche du symbolisme. Le parcours fait une large place aux grandes régions géographiques peintes par l’artiste : la Méditerranée, les Pyrénées, la Bretagne et la Normandie.

Marcel Broodthaers, Poèmes industriels, lettres ouvertes

Wiels, Bruxelles (Belgique)
Du 10 septembre au 9 janvier 2022

Avec Magritte, Marcel Broodthaers (1924-1976) est sans aucun doute l’artiste qui incarne le plus l’art belge au XXe siècle. Le Wiels lui consacre une exposition originale en présentant, notamment, la série de ses 36 plaques industrielles, « poèmes » énigmatiques associant motifs et mots, réflexion sur l’art, la sérialité et l’humour.

Georgia O’Keeffe - COUP DE ❤️
Georgia O’Keeffe, Jimson Weed / White Flower n°1, 1932. © Georgia O’Keeffe Museum
Georgia O’Keeffe, Jimson Weed / White Flower n°1, 1932
© Georgia O’Keeffe Museum

Centre Pompidou, Paris
Du 8 septembre au 6 décembre 2021

On ne retient souvent d’elle que ses peintures, très sexualisées, de fleurs. Son œuvre, qui flirte avec l’abstraction, est pourtant bien plus riche et plus complexe. Georgia O’Keeffe (1887-1986), que le public français à découvert au Musée de Grenoble en 2015, est l’une des figures phares de la modernité aux États-Unis. La rétrospective de son travail au Centre Pompidou, la première en France, montrera que la peintre est l’auteure d’une œuvre onirique majeure injustement ignorée de ce côté-ci de l’Atlantique.

Sandro Botticelli, artiste et designer
Botticelli,Portrait de Julien de Medicis, vers 1478-1480. © Fondazione Academia Carrara, Bergame, Italie
Sandro Botticelli, Portrait de Julien de Medicis, vers 1478-1480.
© Fondazione Academia Carrara, Bergame, Italie

Musée Jacquemart-André, Paris
Du 10 septembre au 24 janvier 2022

Programmée en septembre 2020, l’exposition aura finalement été reportée d’un an. Elle se concentre sur l’art de Botticelli (1445-1510), mais aussi et surtout sur l’influence que le peintre a eue au sein de l’atelier de son maître Filippo Lippi et sur ses contemporains florentins. Quelques chefs-d’œuvre sont attendus, à l’instar du Portrait de Julien de Médicis, dont l’artiste fut le protégé, conservé à Bergame.

Pissarro, L’atelier de la modernité

Kunstmuseum, Bâle (Suisse)
Du 4 septembre au 23 janvier 2022

60 ans se sont écoulés après la dernière exposition consacrée en Suisse à cette figure majeure de l’impressionnisme français et pourtant trop souvent reléguée par la postérité au second plan. Le musée bâlois, qui possède déjà huit tableaux du peintre, met le focus sur l’approche novatrice de Pissarro, dans son art du portrait et du paysage comme dans sa contribution décisive au mouvement du néo-impressionnisme. Ses collaborations artistiques avec des contemporains comme Monet ou Gauguin et les convictions anarchistes qui cimentent son œuvre seront aussi évoquées.

Un palais pour l’Empereur. Napoléon 1er à Fontainebleau

Château de Fontainebleau
Du 15 septembre au 3 janvier 2022

En effectuant plusieurs séjours à Fontainebleau, Napoléon Ier a montré son attachement à l’ancienne « demeure des rois ». En la faisant restaurer par Percier et Fontaine, il a également montré la place qu’il souhaitait lui rendre dans l’histoire de France. Après les expositions du Musée de l’armée et de la Villette au printemps, cette nouvelle exposition est l’un des temps forts des célébrations du bicentenaire de la mort de Napoléon en 1821. Plus de 200 œuvres analysent la manière dont l’Empereur a investi le château à travers l’architecture, la peinture, les arts décoratifs et aussi le jardin.

Max Bill global

Centre Paul Klee, Berne (Suisse)
Du 16 septembre au 9 janvier 2022

Dans les réalisations de l’architecte, artiste et théoricien de l’art concret Max Bill (1908-1994), l’héritage du Bauhaus et, lié à celui-ci, le souhait de bâtir un monde meilleur, est omniprésent. Peinture, sculpture, typographie, design : la variété des œuvres du créateur suisse exposées au Centre Paul Klee parle de son approche globale de l’art. L’exposition en témoigne : les contacts qu’il noua avec des artistes du monde entier, de l’Europe aux États-Unis en passant par l’Amérique du Sud participaient aussi à l’élaboration d’un art mondialisé.

Palais disparus de Napoléon

Grande Galerie des Gobelins, Paris
Du 15 septembre au 15 janvier 2022

Héritier du Garde-Meuble impérial, le Mobilier national sort de ses réserves 350 pièces de mobilier des principales demeures de Napoléon : les Tuileries, Saint-Cloud et Meudon. Au sein de l’exposition, un casque de réalité virtuelle plongera les visiteurs dans les pièces « réaménagées » de ces palais. Avis aux amateurs de Napoléon !

La dynastie Francken

Musée de Flandre, Cassel
Du 4 septembre au 2 janvier 2022

Labellisée Exposition d’intérêt national, « La dynastie Francken » rend hommage à Frans Francken II, contemporain de Rubens, virtuose de la peinture flamande et aux générations moins connues de peintres qui l’ont précédé et suivi dans l’histoire de l’art. Vendu à Dorotheum à Vienne en 2010 pour 7 millions d’euros, L’Éternel Dilemme de l’homme : le choix entre le Vice et la Vertu de Frans Francken II, actuellement présenté à Boston, est l’un des tableaux phares de cette exposition.

Lionel Sabatté, Éclosion - COUP DE ❤️

MAMC+, Saint-Étienne
Du 18 septembre au 2 janvier 2022

Le Musée d’art moderne et contemporain de Saint-Étienne offre une carte blanche de 800 m2 à l’artiste français, né à Toulouse en 1975, qui partage aujourd’hui son temps entre Paris et Los Angeles. Dessinateur (lauréat du Prix Drawing Now 2017), peintre et sculpteur, Lionel Sabatté est connu pour donner forme à un bestiaire imaginaire à partir de matériaux résiduels (poussière, rognures d’ongles, souches d’arbres, etc.). À Saint-Étienne, il présente une cinquantaine d’œuvres produites pour l’occasion.

Léon Wuidar, à perte de vue

Mac’s Grand Hornu, Hornu (Belgique)
Du 26 septembre au 30 janvier 2022

L’art belge ne se limite pas au surréalisme ni à CoBrA, tant s’en faut ! La Belgique possède en effet une histoire importante avec l’abstraction géométrique. Michel Seuphor, Pol Bury, Georges Vantongerloo et Jo Delahaut sont sans doute les acteurs les plus connus de cette histoire, mais ils ne sont pas les seuls : Léon Wuidar (né en 1938), peintre autodidacte, en fait partie. Le Musée des arts contemporains de la Fédération Wallonie-Bruxelles consacre une importante rétrospective à cet artiste liégeois qui se consacre depuis le début des années 1960 à l’art construit avec, comme il se doit, une certaine note d’humour.

Ilya Répine, peindre l’âme russe - COUP DE ❤️

Petit Palais, Paris
Du 5 octobre au 23 janvier 2022

Ilya Répine (1844-1930) est l’un des peintres majeurs de la fin du XIXe siècle en Russie. Peintre réaliste associé aux « Ambulants », ces artistes qui prônaient un art s’inspirant de la vie du peuple, Répine a également portraituré les figures artistiques majeures de son époque : Tolstoï, Tourgueniev, etc. Le Petit Palais, dont l’originalité et la pertinence de la programmation n’est plus à démontrer, présente sa première rétrospective en France grâce à une centaine de tableaux prêtés par les musées russes.

Giuseppe Penone : Sève et pensée - COUP DE ❤️

Bibliothèque nationale de France
Du 12 octobre au 23 janvier 2022

Figure phare de l’Arte Povera, Giuseppe Penone (né en 1947) a imaginé une installation « spectaculaire » pour la BnF, conçue à partir de l’empreinte d’un arbre – matériau et sujet chers à l’artiste – de 30 m obtenue par frottage sur une toile de lin, et autour duquel le plasticien développe un texte manuscrit écrit par lui. Autour de cette œuvre monumentale intitulée Sève et Pensée, la BnF présente une série de dessins, de photographies, de livres et de gravures de ce créateur majeur.

Enfin le cinéma !

Musée d’Orsay, Paris
Du 28 septembre au 16 janvier 2022

Sous-titrée « Arts, images et spectacles en France, 1833-1907 », l’exposition de rentrée d’Orsay confirme, après le retour du septième art dans les salles permanentes du musée, son intérêt pour l’émergence du cinéma, en replaçant ce dernier dans la grande histoire des arts, parmi la peinture et la photographie notamment. L’exposition réunit près de 300 pièces, œuvres et films.

David Hockney

Bozar, Bruxelles (Belgique)
Du 8 octobre au 23 janvier 2022

Deux expositions et autant de bonnes raisons de réserver ses billets d’entrée à Bozar. « Œuvres de la collection de la Tate, 1954-2017 », la première, se présente comme une rétrospective de l’ensemble de la carrière du plus célèbre artistique britannique vivant. « David Hockney, l’arrivée du printemps, Normandie, 2020 » se concentre sur les tableaux faits sur iPad par l’artiste durant le premier confinement, passé dans sa nouvelle demeure en Normandie.

Anne et Patrick Poirier, la mémoire en filigrane

MRAC, Sérignan
Du 9 octobre au 20 mars 2022

Archéologues de la mémoire, Anne et Patrick Poirier (nés en 1941 et 1942) forment l’un des duos les plus originaux et les plus touchants de l’art contemporain, depuis la fin des années 1960 et leur résidence à la Villa Médicis. Le Musée régional d’art contemporain Occitanie Pyrénées-Méditerranée propose ce qu’il appelle « une déambulation » dans le temps et la mémoire des deux artistes, autrement dit une rétrospective qui ne dit pas son nom et qui promet d’exposer des œuvres rarement, voire jamais, montrées.

Les animaux du roi - COUP DE ❤️

Château de Versailles
Du 12 octobre au 13 février 2022

Chiens, chats, singes, oiseaux, mais aussi chevaux, gibiers et, plus rares, casoars et grues couronnées… Qui peut aujourd’hui imaginer le château de Versailles peuplé d’autant d’animaux de compagnie, de chasse ou exotiques ? Avec près de 300 peintures, sculptures, animaux naturalisés, tapisseries ou porcelaines, la nouvelle exposition du château de Versailles rend hommage à tout ce bestiaire qui habitait là au temps des rois. L’accrochage rassemble notamment des œuvres d’Oudry, Le Brun, Boucher, Bernaerts et Marsy.

Paris-Athènes, naissance de la Grèce moderne - COUP DE ❤️

Musée du Louvre, Paris
Du 30 septembre au 7 février 2022

En 1821, les Grecs se soulevèrent contre la tutelle ottomane, premier pas vers leur indépendance, alors que la Vénus de Milo entrait dans les collections du Louvre. Cette exposition, dernier baroud d’honneur de Jean-Luc Martinez, président-directeur du Louvre sur le départ qui n’a pas à rougir de son bilan, raconte l’histoire des liens entre la Grèce et la France au XIXe siècle, tant artistiques que diplomatiques. Elle montre également comment se construisit la Grèce antique vue d’Europe.

Saul Steinberg, entre les lignes

Centre Pompidou, Paris
Du 29 septembre au 28 février 2022

Avis aux amateurs de dessin de presse ! Le Cabinet d’arts graphiques du Musée national d’art moderne accueille le maître absolu du genre, le dessinateur Saul Steinberg (1914-1999), illustrateur du New Yorker. Cet accrochage de 80 numéros (dessins, assemblages, livres…) fait suite au don consenti par les « Amis américains du Centre Pompidou » de 36 œuvres, auxquelles est récemment venu s’ajouter le monumental The Art Viewers (1966), rare témoignage de l’activité de muraliste de Steinberg.

À la mode, l’art de paraître au XVIIIe siècle

Musée d’arts de Nantes
Du 26 novembre au 6 mars 2022

La naissance, au siècle des Lumières, de la mode fait apparaître de nouveaux métiers, une nouvelle presse et de nouvelles façons de paraître. Ce bouleversement économique et social est visible dans la peinture de cette période. Coproduite avec le Musée des beaux-arts de Dijon (où l’exposition se rendra au printemps 2022), cette grande exposition organisée en partenariat avec le Musée Galliera raconte cette passionnante histoire à travers plus de 200 pièces : robes, accessoires de mode, textiles, dessins et chefs-d’œuvre emblématiques de la peinture de Vigée Le Brun et Boucher.

Les Louvre de Picasso - COUP DE ❤️

Musée du Louvre-Lens
Du 13 octobre au 31 janvier 2022

On sait désormais quel fut l’attachement de Picasso aux maîtres. La prochaine exposition du Louvre-Lens approfondira le sujet de Picasso et le Louvre, depuis la découverte du musée par l’artiste en 1900 à l’exposition de ses œuvres dans la Grande Galerie 71 ans plus tard. Confrontations d’œuvres de l’artiste avec les collections du Louvre et documents d’archives font revivre le lien particulier que l’auteur de Guernica entretint avec le plus grand musée du monde.

Vera Molnár, pas froid aux yeux

Musée des beaux-arts de Rennes
Du 9 octobre au 9 janvier 2022

L’exposition monographique de l’artiste qui fête cette année ses 97 ans prend la suite de l’exposition présentée cet été à Mouans-Sartoux, dans le sud de la France. Figure incontournable de la peinture géométrique depuis les années 1940, Vera Molnár est également l’une des pionnières de l’art numérique, en utilisant l’ordinateur dès les années 1960 qui lui permettait d’introduire « 1 % de désordre » dans son travail.

Vera Molnár,Carrés concentriques, 1948. © François Fernandez
Vera Molnár, Carrés concentriques, 1948.
© François Fernandez
Jean-Jacques Henner, la Chair et l’Idéal

Musée des beaux-arts, Strasbourg
Du 8 octobre au 24 janvier 2022

Rétrospective chronologique de près de 130 œuvres (peintures et dessins) pour ce peintre né en Alsace en 1829, formé à Paris, Grand Prix de Rome, qui ne fut jamais ni romantique, ni réaliste, ni symboliste, mais toujours lui-même. Cette grande exposition du peintre aujourd’hui connu pour ses représentations de femmes rousses est organisée en partenariat avec le Musée Jean-Jacques Henner à Paris.

Europalia : Trains & tracks

Musées royaux des beaux-arts et divers lieux (Belgique)
Du 15 octobre au 13 février 2022 et diverses dates

Une fois n’est pas coutume, le festival pluridisciplinaire Europalia ne célèbre pas cette année un pays (la Roumanie en 2019 ou la Géorgie en 2023) mais, à l’occasion des 175 ans de la ligne ferroviaire qui relie Bruxelles et Paris, un moyen de locomotion : le train. Parmi les expositions attendues, « Voies de la modernité », aux Musées royaux des beaux-arts de Belgique à Bruxelles, propose un parcours artistique autour du train aux XIXe et XXe siècles, avec des œuvres de Monet, Caillebotte, Spilliaert, Boccioni, Severini, Léger, De Chirico, Mondrian, Delvaux ou Magritte. À Bozar (Bruxelles), le plasticien Rinus Van de Velde (né en 1983 à Louvain) présente un film et ses œuvres issues de ses voyages intérieurs, tandis que l’histoire de l’Orient Express se raconte, toujours à Bruxelles, au Train World.

La Déconniatrie - COUP DE ❤️

Les Abattoirs, Musée-Frac Occitanie, Toulouse
Du 14 octobre au 6 mars 2022

Personnage central de la psychiatrie au XXe siècle, François Tosquelles (1912-1994) a pensé sa discipline après la guerre civile espagnole – né en Catalogne, il se réfugie en France en 1939 – et la barbarie nazie. Il pense notamment sa pratique à travers les créations artistiques de patients qui seront collectionnées par Jean Dubuffet. Le parcours de l’exposition des Abattoirs questionne les relations entre l’art, l’exil, la folie et l’enfermement, en mettant en lumière, avec plus de cent œuvres, un pan méconnu de la recherche et de la création au siècle de l’Art brut.

Françoise Pétrovitch

Fonds Leclerc pour la culture, Landerneau
Du 16 octobre au 3 avril 2022

Mais où donc l’artiste puise-t-elle toute son énergie créatrice ? Entre ses expositions à la Villa Savoye et au château de Gruyères en 2020 et 2021 et son exposition annoncée à la BnF en 2022, Françoise Pétrovitch trouve le temps de préparer une première rétrospective à Landerneau, en Bretagne. L’occasion de comprendre la diversité de pratiques (dessin, peinture, estampe, sculpture, céramique…) que l’artiste met au service de thèmes récurrents dans son œuvre : l’enfance, l’adolescence, l’intimité et la nature.

Françoise Pétrovitch dans son atelier. © Photo Hervé Plumet. © FHEL 2021/ Sémiose Paris.
Françoise Pétrovitch dans son atelier.
© Photo Hervé Plumet. © FHEL 2021 / Sémiose Paris
Julie Manet, la mémoire impressionniste - COUP DE ❤️

Musée Marmottan Monet
Du 19 octobre au 20 mars 2022

Fille unique de Berthe Morisot et nièce d’Édouard Manet, Julie Manet (1878-1966) est à l’affiche du Musée Marmottan Monet. À travers plus d’une centaine d’œuvres, l’institution offre ses cimaises à la vie et à l’œuvre de celle qui fut l’une des mémoires de l’impressionnisme. Modèle de Berthe Morisot et d’Auguste Renoir, qui prit soin d’elle après la disparition de sa mère, elle fut la dernière représentante de la branche des Manet. Épouse du peintre Ernest Rouart, Julie Manet fut également dessinatrice, peintre et autrice d’un journal publié en 1979, qui sera exposé et réédité pour l’occasion.

Les flammes, l’âge de la céramique

Musée d’art moderne de Paris
Du 15 octobre au 6 février 2022

Parallèlement à la grande exposition sur la vie et l’œuvre d’Anni et Josef Albers (plus de 350 œuvres), le Musée d’art moderne retrace plusieurs milliers d’années d’histoire de la céramique, des vénus néolithiques aux sculptures de Dewar et Gicquel, en passant par les jarres mochicas, Bernard Palissy, la manufacture de Sèvres, Gauguin et Picasso. Par sa dimension tant historique que technique, cette exposition de plus de 400 pièces s’inscrit dans la continuité des expositions « Decorum » (sur la tapisserie) et « Medusa » (sur les bijoux) en 2013 et 2017.

Cartier et les arts de l’Islam

MAD, Paris
Du 21 octobre au 20 février 2022

Plus de 500 bijoux et objets de la maison Cartier et chefs-d’œuvre de l’art islamique (dessins, livres, photographies et documents d’archives) évoquent l’intérêt du joaillier, dès le début du XXe siècle, pour les motifs orientaux. Un chapitre entier de cette exposition événement, coproduite avec le Dallas Museum of Art, avec le soutien du Louvre et de Cartier, est consacré au répertoire des formes inspirées par ces motifs.

Aloïse, la folie papivore

Musée cantonal des beaux-arts, Lausanne (Suisse)
Du 22 octobre au 23 janvier 2022

En 1963, ses dessins entraient dans la collection du Musée cantonal des beaux-arts de Lausanne. Figure emblématique de l’Art brut, la Vaudoise Aloïse Corbaz (1886-1954), internée de longues années en asile, y sera à l’honneur près de 10 ans après la grande exposition que lui avait consacrée le musée avec la collection de l’Art brut. Une nouvelle occasion de découvrir ses denses compositions colorées, peuplées d’empereurs et de cantatrices et notamment huit cahiers entrés par donation en 2016 dans les collections lausannoises.

Picasso, l’étranger - COUP DE ❤️

Musée national de l’histoire de l’immigration
Du 12 octobre au 13 février 2022

Avec le Musée national Picasso-Paris, la France compte la plus riche collection d’œuvres de l’artiste au monde. Il n’en fut pas toujours ainsi. Entrée par dation à la mort de l’artiste espagnol, l’œuvre de Pablo Picasso fut presque totalement ignorée par son pays d’adoption jusqu’en 1947. Comment expliquer un tel dédain ? La passionnante enquête qu’Annie Cohen-Solal a consacrée à Un étranger nommé Picasso, parue en avril chez Fayard, donne des éléments de réponse repris, cet automne, par l’exposition que le Musée national de l’histoire de l’immigration consacre au sujet.

Baudelaire, la modernité mélancolique

Bibliothèque nationale de France
Du 3 novembre au 13 février 2022

La BnF ne pouvait pas passer à côté des célébrations du bicentenaire de la naissance de l’auteur du Spleen de Paris. À travers une large sélection de manuscrits, d’éditions imprimées, de dessins et de peintures, cette exposition offre l’occasion de redécouvrir l’œuvre du « premier voyant, roi des poètes » (Rimbaud). C’est, comme il se doit, la question de la modernité qui est au centre de cet accrochage qui présente, notamment, les épreuves corrigées de l’édition originale des Fleurs du mal.

Jawlensky

La Piscine, Roubaix
Du 6 novembre au 6 février 2022

Après le Musée Cantini à Marseille, cet été, la rétrospective d’Alexej von Jawlensky (1864-1941), peintre russe insuffisamment connu en France, parvenu à l’abstraction après avoir travaillé à la simplification des visages et des paysages, prend ses quartiers d’automne à Roubaix. Ses couleurs vives et chatoyantes, puisées dans les tableaux de Van Gogh, Gauguin, Derain, Vlaminck, devraient largement ensoleiller le cœur des visiteurs.

Paul Klee, entre-mondes - COUP DE ❤️
Paul Klee, Buste d’un enfant, 1933. © DR.
Paul Klee, Buste d’un enfant, 1933.
© DR.

LaM, Villeneuve-d’Ascq
Du 19 novembre au 27 février 2022

Figure majeure de l’art du XXe siècle, Paul Klee (1879-1940) est présent dans les collections du LaM avec trois œuvres issues de la collection de Roger Dutilleul et Jean Masurel. Un prétexte idéal pour justifier une exposition monographique inédite sur le thème des origines de l’art, à travers quatre sections : l’art préhistorique, le dessin d’enfant, l’art extra-européen et l’Art brut.

Eva Jospin

Musée de la chasse et de la nature (Paris)
Du 16 novembre au 20 mars 2022
Musée des impressionnismes (Giverny)
Du 19 novembre au 16 janvier 2022

Repérée pour ses paysages forestiers sculptés dans de fines couches de carton, l’artiste a prouvé ces dernières années, à Chaumont-sur-Loire ou pour le défilé Dior haute couture cet été, qu’elle savait renouveler son travail sans se perdre. Les musées de la chasse et de la nature (Paris) et des impressionnismes (Giverny) lui confient chacun une carte blanche pour cet automne. L’occasion pour Eva Jospin de confirmer qu’elle compte parmi les plasticiennes les plus originales de sa génération. Parmi les plus importantes aussi.

Arts de l’Islam, Un passé pour un présent - COUP DE ❤️

18 expositions dans 18 villes de France
Du 20 novembre au 27 mars 2022

Une exposition artistique autant que politique : le Louvre et la RMN – Grand Palais préparent une manifestation d’ampleur, dans 18 villes en France : Angoulême, Blois, Clermont-Ferrand, Dijon, Figeac, Limoges, Mantes-la-Jolie, Marseille, Nancy, Nantes, Narbonne, Rennes, Rillieux-la-Pape, Rouen, Saint-Denis, Saint-Louis (La Réunion), Toulouse et Tourcoing. Soit 18 expositions sur les arts de l’Islam dont l’objectif est d’apporter des clés de lecture pour les cultures et les arts de l’Islam.

Chaissac et CoBrA, sous le signe du serpent

Musée Soulages, Rodez
Du 16 novembre au 8 mai 2022

Cette exposition réunit les œuvres brutes du Vendéen Gaston Chaissac avec celles des tenants du mouvement CoBrA, dans le nord de l’Europe (CoBrA est l’acronyme des villes Copenhague, Bruxelles et Amsterdam), dont Karel Appel, Corneille et Asger Jorn. Et le rapprochement se révèle pertinent tant sur la forme que sur le fond.

Anselm Kiefer, pour Paul Celan

Grand Palais éphémère, Paris
Décembre 2021 et janvier 2022

Après avoir inauguré la série des « Monumenta » au Grand Palais en 2007, l’artiste allemand sera le premier plasticien à investir l’intégralité de l’espace du Grand Palais éphémère, au pied de la tour Eiffel. Cette invitation de la RMN – Grand Palais inaugurera la présidence de l’Union européenne par la France le 1er janvier 2022. L’exposition sera à nouveau l’occasion, pour le peintre, de rendre hommage au poète roumain de langue allemande naturalisé français : Paul Celan (1920-1970).

Jean Dubuffet
Jean Dubuffet, Site avec 3 personnages (Psycho-site E 268), 26 août 1981. © Centre Pompidou, MNAM-CCI/Dist. RMN-GP. © 2020, ProLitteris, Zurich.
Jean Dubuffet, Site avec 3 personnages (Psycho-site E 268), 26 août 1981.
© Centre Pompidou, MNAM-CCI/Dist. RMN-GP. © 2020, ProLitteris, Zurich.

Fondation Gianadda, Martigny (Suisse)
Du 3 décembre au 12 juin 2022

Reportée un an plus tard que prévu pour cause de pandémie, cette ambitieuse rétrospective dédiée au père de l’Art brut est organisée en collaboration avec le Centre Pompidou. Mais cette fois-ci, d’Art brut il ne sera pas question ; c’est uniquement la singulière création de Dubuffet, déroulée de manière chronologique, qui sera au centre du propos. Au-delà de ses impressionnantes sculptures déjà bien connues du public, l’évolution de son style sera également démontrée à travers la présentation de ses travaux sur papier et de ses peintures.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°746 du 1 septembre 2021, avec le titre suivant : Plus de 40 expositions inratables cet automne !

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque