Mercredi 27 octobre 2021

Art déco

L’Orient-Express en « route » pour Singapour

Par Lorraine Lebrun · lejournaldesarts.fr

Le 1 novembre 2020 - 896 mots

PARIS

Des wagons de la mythique ligne ont quitté Paris en péniche pour une exposition organisée par L’Institut du monde arabe.

Train Orient-Express : Intérieur de la voiture Pullman 4155 datant de 1929. © AJECTA
Train Orient-Express : Intérieur de la voiture Pullman 4155 datant de 1929.
© AJECTA

C’est un drôle de convoi qui a traversé Paris le vendredi 23 octobre dernier. Aux alentours de 8h30, un petit attroupement sur le Pont des arts regarde une barge passer sur la Seine, avant que celle-ci file devant le Louvre. Elle transporte deux wagons de la mythique Compagnie internationale des Wagons-Lits. « Nous venons de voir passer 150 tonnes de Monuments Historiques », s’exclame Claude Mollard, commissaire de l’exposition et conseiller culturel auprès de Jack Lang, président de l’IMA. Direction Anvers, où le précieux chargement doit rejoindre une locomotive à vapeur, acheminée, elle, par camion. L’ensemble sera alors chargé sur un bateau pour rejoindre Singapour en passant par le Canal de Suez. Un périple d’un mois et demi, avant que ne s’ouvre l’exposition « Il était une fois l’Orient-Express » (« Once Upon A Time On the Orient-Express ») début décembre. 

Des wagons classés Monument Historiques

À Paris en 2014, l’exposition avait attiré plus de 250 000 visiteurs sur le parvis de l’IMA venus voir une locomotive à vapeur du célèbre train, ainsi que deux voitures Pullman propriétés de la SNCF. Cette fois-ci, le matériel présenté sera celui de l’AJECTA (Association de Jeunes pour l'Entretien et la Conservation des Trains d'Autrefois) qui gère le Musée vivant du Chemin de Fer de Longueville d’où sont partis les différents convois. 

L’association prête notamment la luxueuse voiture-salon Pullman numéro 4155 datée de 1929, dont l’aménagement Art Déco est l’œuvre du décorateur René Prou, ainsi qu’un fourgon à bagages, le n°1270, de la même année. Les deux sont classées Monuments Historiques. Si le fourgon à bagages a effectivement roulé avec le mythique Simplon-Orient-Express (qui rallie Istanbul en passant par Venise) tout au long des années 1930, ce n’est pas le cas de la voiture Pullman. « Même si elle n'a jamais circulé pour le compte de l'Orient-Express, des voitures de même type entraient souvent dans la composition de ce train. » explique Pascal Berger, membre de l’AJECTA depuis une quarantaine d’années. 

Train Orient-Express : Voiture-salon Pullman 4155 datant de 1929. © AJECTA
Train Orient-Express : Voiture-salon Pullman 4155 datant de 1929.
© AJECTA

« Contrairement à d’autres trains, l’Orient Express n’a jamais eu de voitures spécifiques pour lui, donc les voitures qui circulaient sur l’Orient-Express servaient en général pour d’autres trains, comme le Train bleu, l’Etoile du Nord ou la Flèche d’or. Dont les fameuses voitures Pullman, qui sont chacune des pièces uniques. » L’impressionnante locomotive à vapeur 130 B 348, datée de 1862, n’a pas non plus circulé sur l’itinéraire de l’Orient-Express mais « elle est, par son allure, très proche de ses grandes sœurs, les [locomotives] 230 (…) qui remorquaient l'Orient-Express au départ de Paris-Est. »

Un des wagons restaurant de l'Orient-Express © Fonds de dotation Orient Express
Un des wagons restaurant de l'Orient-Express.
© Fonds de dotation Orient Express

Les bénévoles de l’association ont travaillé à redonner tout leur lustre aux trois wagons en vue de leur départ pour l’Asie. Leur acheminement – près de 250 tonnes – relève de l’exploit, d’autant plus en cette période de couvre-feu et reconfinement dû à la pandémie de la Covid-19. « Alors que les avions sont cloués au sol, que ce train mythique quitte Paris pour aller à Singapour, c’est une belle image. Mais c’est très difficile à organiser : il faut obtenir les prêts des œuvres dans un contexte très incertain, aller à Singapour pour organiser l’exposition, envoyer les wagons… donc ça devient un challenge, auquel on répond et fait face. Ça ne s’est jamais vu de transporter un train comme ça, par bateau, sur 10 000 km. » explique Claude Mollard.

Barge transportant deux wagons de l'Orient-Express sur la Seine à Paris, le 23 octobre 2020. © Lorraine Lebrun
Barge transportant deux wagons de l'Orient-Express sur la Seine à Paris, le 23 octobre 2020.
© Lorraine Lebrun pour LeJournaldesArts.fr

L’exposition va ouvrir à Singapour en décembre

S. E. M. Zainal Arif Mantaha, ambassadeur de Singapour en France, était également présent pour voir passer le bateau symbolisant le départ effectif de l’exposition. « Nous nous réjouissons d’accueillir l’exposition à Singapour, qui va permettre d’offrir aux visiteurs une belle expérience malgré le contexte. C’est justement un beau symbole : l’Orient-Express représente à la fois la possibilité et le besoin de voyage. »  

L’exposition, qui doit ouvrir début décembre dans le parc Gardens by the Bay, se tiendra dans une structure éphémère construite pour l’occasion s’inspirant de la Gare du Nord, qui garantira des conditions climatiques stables nécessaires à la bonne conservation des voitures et de la locomotive. Le visiteur sera ainsi invité à déambuler dans un parcours présentant du mobilier, des objets et documents d’archives, des fils et photographies ainsi que les fameuses malles Louis-Vuitton, venant retracer l’histoire de ce « joyau du patrimoine ferroviaire » définitivement entrés dans la légende grâce à une certaine Agatha Christie

L'Orient-Express © Fonds de dotation Orient Express
Le train de l'Orient-Express.
© Fonds de dotation Orient Express

Avec pour objectif de faire rayonner l’image de ce train mythique, comme l’explique Guillaume de Saint-Lager, Vice-président d’Orient-Express, filiale de luxe du groupe hôtelier Accor en association avec la SNCF : « À côté de nos hôtels de luxe, nous continuerons toujours de participer à ces projets d’expositions et de livres pour que chacun ait accès à une part de rêve. L’Orient-Express, c’est une très bonne thématique qui fait rêver tout le monde en associant le train, le voyage et le luxe, avec une vocation très internationale. Or, à part celle de l’IMA en 2014, il n’y a pas vraiment eu d’exposition sur l’Orient-Express. C’est pourquoi nous sommes ravis que cette exposition voyage aujourd'hui. »

L’exposition doit ouvrir le 12 décembre prochain et se tenir jusqu’au 12 juin 2021, et pourrait ensuite aller dans d’autres pays du continent asiatique, comme la Chine. En France, l’exposition d’archives photographiques « Orient-Express and Co » prévue à Arles cet été n’a pas pu se tenir en raison de l’annulation des Rencontres de la photographie. Pour mieux revenir en 2021 ?

Des wagons de l'Orient-Express © Lola Hakimian
Des wagons de l'Orient-Express.
© Photo Lola Hakimian

Thématiques

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque