Vendredi 14 décembre 2018

Art moderne

Galerie Tretiakov, Moscou Collection permanente

Le public moscovite retrouve Natalia Gontcharova

Par Lina Mistretta · L'ŒIL

Le 18 mai 2010 - 367 mots

La Galerie Tretiakov est le musée des Beaux-Arts de Russie qui abrite la plus grande collection d’art russe au monde : 130 000 pièces. Les nouveaux bâtiments de la Galerie offrent un panorama complet de la création artistique de 1910 à nos jours dont quelques chefs-d’œuvre de Kandinsky, Chagall, Malevitch et le plus grand nombre d’œuvres de Natalia Gontcharova et son mari Michael Larionov.

Depuis peu, un immense triptyque – 5 mètres par 2,50 mètres – de Gontcharova intitulé Les Baigneuses est venu s’ajouter aux cimaises du musée à la suite d’un parcours pour le moins rocambolesque. Un matin d’hiver de 1988, les conservateurs médusés reçoivent de Paris une livraison inattendue, ce sont des dizaines de toiles de Larionov et Gontcharova léguées par la seconde épouse de Larionov à la Russie selon le souhait des deux artistes.

Avec son compagnon Larionov, Gontcharova est l’une des figures majeures de l’avant-garde russe. Et la plus française. Elle a participé à de nombreuses expositions en Europe, notamment le Salon d’automne de 1906 à Paris où Diaghilev organisait une exposition d’Art russe et la seconde exposition de Der Blaue Reiter à Munich. En 1913, elle signe avec dix autres peintres le manifeste rayonniste élaboré par Larionov. En 1914, elle quitte la Russie en compagnie de Larionov et s’installe à Paris. Elle sera naturalisée en 1939. Elle entame une longue collaboration avec Diaghilev pour la réalisation des décors, costumes et affiches des Ballets russes.

C’est en 1922, dans son atelier parisien, que Natalia Gontcharova réalise le triptyque Les Baigneuses. L’œuvre est exposée la même année au Salon des Indépendants, et reçoit un très bon accueil. En 1923, la partie centrale du panneau est utilisée pour l’affiche du célèbre « Bal des peintres russes ». Il restera ensuite roulé jusqu’à sa mort en 1962. Rentré dans les collections de la galerie en 1988, il n’avait jamais été exposé en raison de son état. Il souffrait de nombreuses altérations dues à son vieillissement naturel et à son mode de conservation.Restauré dans les ateliers de la Galerie grâce au soutien de BNP Paribas, le triptyque a retrouvé son état originel et la place souhaitée par son auteur.

Galerie Tretiakov, collection d’art contemporain, Moscou (Russie), www.tretyakovgallery.ru/en

Thématiques

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°625 du 1 juin 2010, avec le titre suivant : Le public moscovite retrouve Natalia Gontcharova

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque