Dimanche 5 décembre 2021

Art non occidental

Aix-en-Provence (13)

Le meilleur de l’estampe japonaise

Hôtel de Caumont - Jusqu’au 22 mars 2020

Par Lina Mistretta · L'ŒIL

Le 22 janvier 2020 - 329 mots

Pas moins de cent cinquante estampes sont exposées à l’Hôtel de Caumont, toutes issues de la riche collection de Georges Leskowicz, passionné d’art japonais.

Dans une scénographie raffinée de Hubert Le Gall – fleurs de cerisier sur les murs, portiques shintoïstes… –, le parcours déroule les œuvres des maîtres de l’ukiyo-e actifs sous l’ère Edo (1603-1867). Hokusai, artiste majeur de l’art japonais, a laissé une œuvre monumentale d’une grande diversité. Il connaît la notoriété grâce à ses illustrations de romans et ses surimono, des cartes de vœux précieuses et rares rehaussées de pigments métalliques. Quatre-vingt-dix de ces miracles de minutie sont exposés ici, mais l’artiste est plus connu encore pour ses estampes de paysages, les plus célèbres étant les Trente-six vues du mont Fuji, dont fait partie La Grande Vague exposée dans la dernière salle au centre d’un dispositif visuel. Il a utilisé pour cette série une gamme très raffinée de couleurs, particulièrement le bleu de Prusse. Autre grand nom de l’estampe de paysage, Hiroshige sait évoquer par un jeu simple de couleurs les phénomènes naturels dans des compositions à la fois réalistes et poétiques. On lui connaît quelques surimono, des portraits d’acteurs, des diptyques à sujets héroïques ou de scènes de la vie quotidienne. De cette époque date ses Cent Vues célèbres d’Edo (devenue Tokyo), sa ville natale. Dès 1852, ses estampes adoptent le format vertical, ce qui vaut d’admirer deux chefs-d’œuvre, Le Pont des singes dans la province de Kai et Fujikawa sous la neige. Utamaro, lui, illustre à ses débuts des scènes de kabuki et, dans ses premières estampes, les quartiers de plaisir. Il réalise douze estampes érotiques (shunga) qui circulent en secret. Vers 1800, il se consacre à l’un des genres spécifiques à l’ukiyo-e, la peinture de jolies femmes (bijin), mais c’est la femme dans sa vie intime qui l’intéresse au premier chef : il la montre dans son intérieur, avec son enfant, dans ses activités diverses. Voilà une immersion fascinante dans le Japon d’autrefois.

« Hokusai, Hiroshige, Utamaro, les grands maîtres du Japon »,
Hôtel de Caumont, 3, rue Joseph-Cabassol, Aix-en-Provence (13), www.caumont-centredart.com

Thématiques

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°731 du 1 février 2020, avec le titre suivant : Le meilleur de l’estampe japonaise

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque