In situ

Le design au quotidien

Par Christian Simenc · Le Journal des Arts

Le 11 octobre 2016

Les meubles et objets de design du Cnap retrouvent leur fonction usuelle dans un univers domestique et la frontière ténue entre ces deux deux espaces de vie.

BORDEAUX -  Avec ses 9 000 meubles et objets, dont 6 000 contemporains, la collection Design et arts décoratifs bâtie depuis 1981 par le Centre national des arts plastiques (Cnap) de Bordeaux est aujourd’hui imposante. Mais le Cnap n’est qu’un fonds qui n’a pas de forme, en l’occurrence un lieu pour exhiber ledit fonds. D’où ses prêts pour les expositions et autres dépôts temporaires dans les institutions publiques. Et depuis un an, le Cnap expose davantage. Après la présentation « Les Oracles du design », fin 2015, à la Gaîté Lyrique, à Paris, puis « Zone de confort », en février, à la Salle Poirel, à Nancy, c’est au tour de Bordeaux d’accueillir « Houselife » [« Vie domestique »], laquelle réunit 350 pièces de designers français et internationaux datant des années 1980 à aujourd’hui.
L’exposition se déploie dans deux lieux qui, historiquement et architecturalement parlant, sont à l’opposé l’un de l’autre. D’un côté, en plein centre-ville, une demeure du XVIIIe siècle, l’hôtel de Lalande, actuel Musée des arts décoratifs et du design ; de l’autre, une villa ultra-contemporaine des années 1990, la maison Lemoine, plantée par l’architecte batave Rem Koolhaas sur une colline de la périphérie bordelaise, à Floirac. Deux espaces distincts – soit deux manières de « montrer » un univers domestique – qui, pour l’occasion, inversent la logique habituelle : le musée se métamorphose en maison et la maison, à son échelle évidemment, en musée.

Le design mis en contexte
Au Musée des arts décoratifs et du design, le visiteur déambule ainsi dans différentes salles transformées en pièces d’habitation : entrée, salon, salle à manger, cuisine, chambre, bureau… Trois cents objets que l’on peut admirer sans filtre – c’est l’intérêt majeur de cette présentation – investissent les espaces, vitrines comprises. Le procédé est simple : dans la cuisine, les ustensiles ou l’électroménager, dans le salon, la chaise longue et un lampadaire pour la lecture, etc. Dans une vitrine, des pièces en porcelaine signées Jaime Hayon côtoient d’antiques pots de pharmacie. Sur une commode, deux porte-fruits ou légumes en faïence de Florence Doléac encadrent une céramique ancienne de Moustiers. Sur cette dernière, des excroissances en forme de têtes de lion ; sur les premiers, une myriade de bols ou d’anses. Entre les intrus et les existants, meubles et objets amorcent parfois un tête-à-tête formel, mais le jeu s’arrête là. Fatalement, dans le « vestibule », on retrouve un vélo – un Biomega signé Marc Newson – et dans la « chambre d’enfant » des meubles « rigolos », telle une « chaise-langue » en résine de Martí Guixé. Ce principe qui consiste à récréer les pièces traditionnelles d’une habitation n’autorise que très peu de liberté, sinon de fantaisie, et le choix des objets est souvent dicté par l’affectation des salles. D’où une scénographie sans surprises. Exceptée la chaise Pappardelle de Ron Arad qui opte pour un endroit incongru en haut d’un escalier, devant une cimaise truffée d’antiques heurtoirs et verrous en fer forgé, dont le matériau résonne avec la cotte de maille inox de l’assise, laquelle épouse moelleusement les marches dudit escalier.

Un dialogue contenant et contenu efficace
Le propos est plus consistant dans la Maison Lemoine, à Floirac, qui accueille au premier étage – ou rez-de-jardin, c’est selon – le second volet de cette exposition : soit une cinquantaine de pièces ; une gageure, car le lieu est habité. Âgée de deux décennies, l’architecture n’a rien perdu de sa superbe. Elle en impose même à ces infortunés objets venus, pour quelques semaines, troubler son existence. Néanmoins, le dialogue s’instaure davantage entre contenant et contenus. Sont notamment révélés divers aspects de la technicité de la villa : systèmes coulissants ou mobiles, porte-à-faux, matériaux bruts… Les rigoureux tabourets métalliques de Herbert Jakob Weinand répondent à la géométrie du sol fait de larges panneaux en inox. Suspendu comme en lévitation, le fauteuil Bulle d’Eero Aarnio fait un clin d’œil à un œil-de-bœuf découpé dans le rideau de plastique blanc accroché en arrière-plan. Face à la vigueur du béton brut s’affichent, en regard, trois centres de table du duo Delo Lindo, conçus en banals tubes de PVC gris. Ou le Hamac n° 28 du tandem Bless, tressé d’épais boudins de coton anthracite, lequel fait fi de la paroi vitrée pour flotter littéralement dans le paysage. Sur une plateforme mouvante, figée pour l’occasion et surhaussée en guise de podium, sont disposés des vases en verre, dont bon nombre sont séduisants, qui évoquent la transparence et la lumière naturelle au travers desquels on aperçoit le jardin.

HOUSELIFE

Commissaire de l’exposition : Constance Rubini, directrice du Musée des arts décoratifs et du design de Bordeaux.
Commissaire associée : Juliette Pollet, responsable de la collection Design et Arts décoratifs au Cnap.
Nombre de pièces : 350.

HOUSELIFE

jusqu’au 29 janvier 2017, Musée des arts décoratifs et du design, 39, rue Bouffard, 33000 Bordeaux, et jusqu’au 10 décembre 2016, Maison Lemoine, 2 chemin des Plateaux, 33270 Floirac , www.madd-bordeaux.fr.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°465 du 14 octobre 2016, avec le titre suivant : Le design au quotidien

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque