Samedi 24 février 2018

Peinture

Le Caravage en pleine lumière

Par Philippe Régnier · Le Journal des Arts

Le 13 avril 2010

Dans le cadre des célébrations du 400e anniversaire de la mort du Caravage, les Scuderie del Quirinale, à Rome, ont réuni vingt-quatre chefs-d’oeuvre du peintre. Sans se disperser ni tomber dans le gigantisme, la manifestation s’est concentrée sur l’excellence. Une monographie modèle.

ROME - La tendance des expositions est à la surenchère, alignant sur les cimaises des centaines d’œuvres afin que le visiteur en ait pour son argent. Quand le peintre a moins produit ou que des œuvres n’ont pu voyager, on convoque ses contemporains ou ses suiveurs pour donner du « volume » à la manifestation.

L’exposition consacrée à Caravage, actuellement présentée aux Scuderie del Quirinale à Rome, en prend le contre-pied. À la quantité, elle privilégie la qualité avec en tout une vingtaine de tableaux qui sont tous unanimement considérés comme de la main du peintre baroque. De plus, et ce n’est pas banal, des pièces vont partir et d’autres arriver en cours d’exposition.

Ainsi, le Repos pendant la fuite en Égypte a quitté Rome le 22 mars et Bacchus, Le Sacrifice d’Isaac et L’Amour endormi retourneront aux Offices à Florence le 22 mai. De même, Le Joueur de luth et La Conversion de saint Paul retrouveront, respectivement, l’Ermitage à Saint-Pétersbourg le 15 mai et la collection Odescalchi Balbi à Rome le 4 juin. Enfin, La Flagellation du Museo Nazionale di Capodimonte, à Naples, devait arriver à Rome le 14 avril.

Organisée dans le cadre du 400e anniversaire de la mort de Michelangelo Merisi da Caravaggio, dit Le Caravage (1571-1610), l’exposition romaine se concentre donc sur une vingtaine de tableaux, tous des chefs-d’œuvre. En partie chronologique, l’accrochage se détache sur des cimaises de couleur, verte pour la jeunesse (1592-1599), rouge pour les années de succès (1600-1606) et grise pour la fuite (1606-1610).

La manifestation s’ouvre avec Nature morte avec fleurs et fruits (fin des années 1500), une sobre composition dont on retrouvera la copie dans Le Souper à Emmaüs de la National Gallery de Londres. À ces natures mortes succèdent Les Musiciens du Metropolitan Museum of Art de New York, formidable orchestration qui vient dialoguer avec Le Joueur de luth de l’Ermitage.

Comme dans Les Tricheurs de Fort Worth (Texas), on retrouve dans ces toiles la même attention aux détails naturalistes, ongles sales, gants troués, etc. Plus loin, sur fond rouge, se présente La Conversion de saint Paul (1601), seule œuvre certaine de Caravage peinte sur bois, en l’occurrence du cyprès. Il est rare également dans le travail du peintre de voir, comme ici, une scène se détacher devant un paysage.

Très didactiques, les cartels n’hésitent pas à conseiller aux visiteurs d’aller découvrir d’autres œuvres du peintre qui ne sont pas dans l’exposition, mais conservées à quelques centaines de mètres alentours dans Rome, comme dans l’église Saint-Louis-des-Français ; ou à la galerie Borghese qui présente la Madone au serpent (1606), point culminant de la carrière romaine de l’artiste. À partir de 1607, Le Caravage doit fuir Rome où il a été condamné à mort pour meurtre. De cette époque datent notamment L’Adoration des bergers (1609) de Messine, ou le David (1610) de la galerie Borghese, considéré comme sa dernière œuvre.

Hommage magistral
L’exposition se clôt sur un autre chef-d’œuvre, conservé celui-là en France et qui a fait pour l’occasion l’objet d’une campagne de restauration menée par l’Istituto superiore per la conservazione ed il restauro (ISCR) à Rome : L’Annonciation (1608-1610) du Musée des beaux-arts de Nancy. Cette commande s’explique par les liens familiaux qui unissaient alors les Gonzague, ducs de Mantoue, et les ducs de Lorraine. Marguerite de Gonzague, sœur du cardinal Ferdinand de Gonzague, l’un des protecteurs du Caravage, s’était mariée en 1606 à Henri II.

Le tableau lorrain fut commandé par son fils illégitime à l’artiste en 1608, alors que ce dernier se trouvait sur l’île de Malte. L’Annonciation prit certainement ensuite place sur l’autel central de la primatiale de Nancy. Cette œuvre mystérieuse vient clore de façon magistrale cet hommage romain à l’un des plus grands peintres baroques.

CARAVAGE

Commissaires : Francesco Buranelli, Claudio Strinati, Rossella Vodret

Nombre d’œuvres : 24

Nombre de salles : 8

CARAVAGE, jusqu’au 13 juin, Scuderie del Quirinale, 16, via XXIV-Maggio, Rome, Italie, tél. 39 06 39967500, www.scuderiequirinale.it, du dimanche au jeudi 10h-20h, vendredi et samedi 10h-22h30. Cat. 248 p., 49 euros

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°323 du 16 avril 2010, avec le titre suivant : Le Caravage en pleine lumière

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque