Giverny (27)

Jean-francis Auburtin sur les pas de Monet

Musée des impressionnismes - Jusqu’au 14 juillet 2019

Par Pauline Fleury · L'ŒIL

Le 25 avril 2019 - 322 mots

Coïncidant avec les dix ans du Musée des impressionnismes de Giverny, l’exposition « Monet-Auburtin : une rencontre artistique » montre l’œuvre de Jean-Francis Auburtin (1866-1930), en regard de quelques toiles seulement de son aîné, Claude Monet (1840-1926).

Ce déséquilibre s’explique par la difficulté à obtenir des prêts d’œuvres du maître. La première salle est ainsi entièrement dédiée à Auburtin, peintre décorateur et disciple de Puvis de Chavannes. On y voit ses portraits, mais, surtout, ses grandes « marines décoratives » où des nymphes peuplent des paysages de Provence. Frappé par sa rencontre avec l’œuvre de Monet, à la rétrospective Monet-Rodin de 1889 à Paris, Auburtin s’engage pourtant dans une autre voie : celle de la peinture de paysages. Suivant les traces du maître, il sillonne les côtes françaises et peint non pas des copies, mais des œuvres « d’après » Monet, dans lesquelles s’exprime sa propre vision. Donner à voir deux manières différentes de peindre les mêmes paysages est tout le propos de l’exposition. Le parcours suit alors un fil topographique et chronologique, déclinant les trois régions (Méditerranée, Bretagne et Normandie) où Monet et Auburtin ont, chaque fois à environ dix ans d’intervalle, posé leur chevalet. Exemptes de cartels développés, les œuvres parlent d’elles-mêmes. Elles disent un même attrait pour les rivages, là où ciel et mer ne font plus qu’un, tout en montrant un traitement différent. À la touche impressionniste, captant les variations de lumière de Monet, répond le style plus contemplatif d’Auburtin, attaché à rendre l’essence même des éléments. Les séries consacrées à Belle-Île en témoignent. Là où Monet transcrit la violence d’une nature saisie à l’à-pic, Auburtin peint le silence de panoramas d’un bleu profond. La section normande, la plus développée, est aussi la plus riche en œuvres de Monet. Auburtin vient à son tour saisir sur le motif les sites normands chers à son aîné, dont le dernier mur affiche, en apothéose, une série de trois belles toiles réalisées sur la plage de Pourville.

« Monet-Auburtin : une rencontre artistique »,
Musée des impressionnismes, 99, rue Claude-Monet, Giverny (27). www.mdig.fr

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°723 du 1 mai 2019, avec le titre suivant : Jean-francis Auburtin sur les pas de Monet

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque