Mercredi 19 février 2020

Paris 3e

Inventeurs d’hier et créateurs d’aujourd’hui

Musée des arts et métiers jusqu’au 6 mars 2016

Par Christian Simenc · L'ŒIL

Le 23 septembre 2015 - 405 mots

L’exposition « Invention/Design, Regards croisés » explore les liens entre design contemporain et histoire des inventions.

Pour ses concepteurs, les designers Antoine Fenoglio et Frédéric Lecourt, alias Sismo : « Le design n’est pas la mise en forme d’une esthétique, mais bien celle d’une intelligence. » Le duo a donc bâti sa présentation « autour des caractéristiques de cette intelligence commune au design et à l’invention ». Des premières machines à écrire aux ordinateurs, de la fameuse « marmite de Papin » à l’autocuiseur connecté sont mises en regard des pièces issues des collections du musée et des créations actuelles, une centaine en tout. L’exposition se veut pédagogique, or, hormis le cœur du parcours, son début et sa fin laissent perplexe.

En préambule se déploie une série de vélos – un modèle Gitane vainqueur aux JO de 1984, le spécimen YikeBike daté de 2010 et pesant moins de 10 kg… –, dont le visiteur, d’emblée, aura du mal à comprendre la présence, se rabattant de facto sur une notion plus rassurante : l’esthétique. Idem avec l’ultime salle, intitulée « Une conception du réel », qui exhibe notamment quelques imprimantes 3D avec lesquelles tout un chacun peut réaliser des objets et dont le propos, ambigu, fait planer le doute dans la tête du public : serons-nous un jour tous designers ? Évidemment, non ! On se rabattra donc sur la salle centrale, plus structurée, et affichant quatre thématiques – contexte, audace, curiosité, essentiel – pour lesquelles, un « Grand témoin » apporte un éclairage via une vidéo. Les objets « antiques » y questionnent les objets contemporains et aident ainsi à comprendre leur origine, parfois la permanence d’une forme. Destiné aux situations d’urgence humanitaire, le lit Leafbed de Studio Nocc (section Essentiel) est réduit à son plus simple appareil : quatre modules de carton identiques. La radio WR03-Cube/4B du designer indonésien Singgih Susilo Kartono (section Contexte) est fabriquée en bois par des artisans de son île natale de Java. Le collectif The Polyfloss Factory (section Curiosité) a mis au point une machine à recycler les déchets de polypropylène qui, à l’instar du principe de fabrication de la barbe à papa, produit une laine de plastique recyclée avec laquelle on peut réaliser des objets. Section Audace enfin, le Franco-Japonais César Harada a, lui, créé Protéi, un drone marin pour dépolluer les océans, capable de se déplacer seul à la force du vent et des vagues. Reste à savoir si, au final, le visiteur saura démêler ce qui tient de l’invention ou de l’innovation… Rien n’est moins sûr !

« Invention/design, Regards croisés »

Musée des arts et métiers, 60, rue de Réaumur, Paris-3e, www.arts-et-metiers.net

Légende Photo :
NOCC/Leaf Supply, Lit LeafBed, 2011. © Leaf Supply

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°683 du 1 octobre 2015, avec le titre suivant : Inventeurs d’hier et créateurs d’aujourd’hui

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque