Ensor tombe le masque

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 3 février 2006 - 91 mots

FRANCFORT - Première grande rétrospective allemande consacrée à l’artiste belge depuis 1972, « James Ensor », à la Schirn Kunsthalle de Francfort, dresse le portrait d’un peintre dont l’influence n’épargna ni les expressionnistes allemands ni les surréalistes. Amateur d’absurde, Ensor peuplait ses toiles de masques, de squelettes, de créatures imaginaires et démoniaques. Organisée par thèmes (« Mort et masques », « Images du Christ », « Théâtre et musique »…), l’exposition révèle notamment les influences d’Ensor, comme celles de Turner pour les marines et de Rubens pour les autoportraits.

« James Ensor », Schirn Kunsthalle, Römerberg, Francfort, tél. 49 69 299 88 20.
Jusqu’au 19 mars.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°230 du 3 février 2006, avec le titre suivant : Ensor tombe le masque

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque