Mercredi 19 décembre 2018

FRÉQUENTATION

En 2017, nombre d’expositions ont fait le plein

Par Francine Guillou · Le Journal des Arts

Le 4 janvier 2018 - 684 mots

Les grands musées parisiens, emmenés par la Fondation Vuitton et Orsay ont bénéficié de fortes fréquentations.

L’année 2017 aura été l’année de la consécration pour la Fondation Louis Vuitton : avec sa sixième exposition « Icônes de l’art moderne. La collection Chtchoukine », l’institution privée a marqué un grand coup en attirant près d’1,2 million de visiteurs, manquant de peu la première marche du podium historique, toujours occupée par l’exposition « Toutankhamon » au Petit Palais en 1967. Cette performance exceptionnelle mise à part, l’année est très bonne, voire historique pour d’autres musées, certains beaucoup moins médiatiques que la Fondation Louis Vuitton.

Avec « René Magritte, la trahison des images » et la rétrospective « David Hockney », le Centre Pompidou a misé juste, réunissant respectivement 597 000 et 620 000 visiteurs. Soit la 6e et la 7e exposition en termes de fréquentation depuis son ouverture en 1977. David Hockney devient le deuxième artiste vivant le plus vu, derrière Jeff Koons en 2014. Un bel anniversaire pour les 40 ans du Centre Pompidou.

Au Louvre aussi il y a eu foule. Victime de son succès, le musée a même dû revoir son système de billetterie pour « Vermeer et les maîtres de la peinture de genre ». Conjugué à « Valentin de Boulogne. Réinventer Caravage » présenté concomitamment, les deux expositions ont réuni 525 000 visiteurs, soit 6 800 visiteurs par jour. « Le plus grand succès depuis dix ans » selon le musée, malgré les nombreuses critiques sur la gestion des files d’attente et le confort de visite.

Belle année pour Orsay également, avec quatre expositions au-dessus de la barre des 300 000 visiteurs. « Le paysage mystique » a convaincu plus de 450 000 visiteurs, tandis que Frédéric Bazille a attiré 426 000 curieux venus découvrir une œuvre méconnue. L’artiste avait déjà suscité un grand engouement au Musée Fabre de Montpellier en 2016, avec 116 000 visiteurs, troisième exposition du musée en termes de fréquentation depuis sa réouverture. « Spectaculaire Second Empire » (315 000 visiteurs) et les « Portraits de Cézanne » (415 000 visiteurs) ne déméritent pas, conférant à la programmation d’Orsay un caractère homogène à saluer.

En 2017, des records ont été battus : au Musée Cognac-Jay, près de 39 000 visiteurs ont été séduits par « Sérénissime ! Venise en fête de Tiepolo à Guardi », « malgré la jauge d’accueil restreinte du musée » note, prosaïquement mais à raison l’institution. « Guerres secrètes » au Musée de l’Armée, a supplanté « Napoléon à Sainte-Hélène », précédente exposition en 2016, au palmarès de fréquentation de l’institution des Invalides, avec 95 000 visiteurs. Cet enchaînement de record pour le musée illustre le travail accompli pour une meilleure visibilité du musée dans le paysage des expositions parisiennes, souvent surpeuplé. Record battu pour le Musée national de l’histoire de l’immigration. Pour son dixième anniversaire, le musée a attiré près de 92 000 visiteurs venus voir « Ciao Italia ! », exposition revenant sur l’histoire de l’immigration italienne en France.

En région, les grands noms ont attiré les foules : « Picasso » à Landerneau signe le meilleur résultat de la Fondation Hélène et Édouard Leclerc avec plus de 200 000 visiteurs, tandis que « Henri Matisse. Le laboratoire intérieur » signe une fréquentation record depuis dix ans pour le Musée des beaux-arts de Lyon avec 162 000 visiteurs.

Au Grand Palais, l’année 2017 devrait être meilleure que 2016, mais ce n’est toujours pas l’affluence des grandes années. « Hergé » est l’exposition la plus fréquentée avec 322 000 visiteurs. Au printemps, « Rodin. L’exposition du centenaire » a accueilli 300 000 visiteurs, tandis que « Jardins » a réuni 252 000 visiteurs. Les expositions de printemps du Grand Palais auront donc accueilli, avec les « Joyaux de la collection Al Thani » près de 682 000 visiteurs contre 432 000 l’année dernière. Pour mémoire, « Edward Hopper » avait attiré 784 000 visiteurs en 2013.

Année en demi-teinte également pour les musées de la Ville de Paris. Si Paris Musées fait savoir que la fréquentation de ses quatorze musées dépassera encore en 2017 la barre des 3 millions de visiteurs, les expositions temporaires de ses deux vaisseaux amiraux, le Petit Palais et le Musée d’art moderne de la Ville de Paris (MAMVP) n’ont pas fait des étincelles. Au MAMVP, la rétrospective Bernard Buffet passe de justesse les 150 000 visiteurs, tandis que le trio « Derain, Balthus, Giacometti » a convaincu 136 000 visiteurs. Au Petit Palais, « L’Art de la paix », très (trop ?) intellectuelle, n’a réuni que 28 000 visiteurs, une contre-performance. A contrario, « Balenciaga, l’œuvre en noir » du Palais Galliera hors les murs, s’offre un beau succès au Musée Bourdelle avec 79 000 visiteurs.

 

Le Top 10 de fréquentation des expositions en 2017

 

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°492 du 4 janvier 2018, avec le titre suivant : En 2017, nombre d’expositions ont fait le plein

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque