Dolla, de-ci de-là

L’artiste à l’honneur en 1998

Par Philippe Régnier · Le Journal des Arts

Le 27 mars 1998

1998 est assurément l’année Noël Dolla. Après avoir présenté un ensemble de ses Leurres au Centre national de l’estampe et de l’art imprimé de Chatou, l’artiste, qui vit et travaille à Nice, bénéficie de trois autres expositions personnelles – à Mulhouse, Quimper et Vassivière –, tout en participant à la rétrospective « Supports-Surfaces » à la Galerie nationale du Jeu de Paume.

MULHOUSE - Noël Dolla n’a pas sa langue dans sa poche. Prônant toujours le langage clair, s’engageant volontiers politiquement, il a, dès ses débuts au sein du groupe Supports-Surfaces, placé sa démarche sur le terrain de la critique et de la réflexion. Son art a ainsi exploré de très vastes champs à travers une pratique picturale polymorphe, et multiplié les supports, même les plus inattendus.

Sous le titre “Un outil parfait”, l’exposition qu’il a proposée au début de l’année au Centre national de l’estampe et de l’art imprimé, à Chatou, réunissait des œuvres imprimées dont certaines étaient jusque-là restées inédites. Les salles du rez-de-chaussée de la Maison Levanneur présentaient un en­semble de gravures au plomb à côté de leurs matrices, dont la fonction même en modifie au fur et à mesure le contour, le relief, le dessin. Des images numériques représentant pour l’artiste “la version contemporaine de l’image imprimée, de la gravure”, étaient en­suite accrochées à proximité de Bons du trésor, qui posent, à leur manière et non sans une touche d’humour, la question de l’authenticité de l’œuvre d’art. Enfin, la dernière salle présentait, sous vitrines ou sur le principe d’un accrochage très dix-neuvième, des pièces plus anciennes, comme ses Cartes postales rehaussées ou ses Torchons C. Dior.

À Mulhouse, Noël Dolla présente plusieurs cycles de ses créations des années soixante-dix à nos jours, des Tarlatanes aux Tcher­nobyl, Peuple des bateaux, Châsses, Maroufles et sardines, Ripolin et Leurres, qui interrogent tour à tour cette dernière notion. Mais surtout, en collaboration avec le Musée du papier peint de Rixheim, l’artiste a conçu un prototype de 250 mètres de papier peint tout à fait original. Une manière de changer une fois encore de support.

NOËL DOLLA, UN LEURRE, jusqu’au 16 juin, Villa Steinbach, Musée des beaux-arts, 4 place Guillaume Tell, 68100 Mulhouse, tél. 03 89 45 43 19, tlj sauf mardi 10h-12h, 14h-17h, jeudi 10h-17h ; puis HOMÈRE, 3 juillet-27 septembre, Le Quartier, Centre d’art contemporain de Quimper, tél. 02 98 55 55 77 ; CINQ SILENCES, 17 octobre-31 décembre, Centre d’art contemporain de Vassivière en Limousin, tél. 05 55 69 27 27.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°57 du 27 mars 1998, avec le titre suivant : Dolla, de-ci de-là

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque