Eglise

XIXE SIÈCLE

Ce que Notre-Dame doit au XIXe siècle

Par Élisabeth Santacreu · Le Journal des Arts

Le 9 octobre 2020 - 506 mots

PARIS

À l’image de Victor Hugo qui a défendu la cathédrale, Paris Musées prend fait et cause pour son premier restaurateur, Eugène Viollet-le-Duc.

Eugénie Henry, Quasimodo sauvant Esmeralda des mains de ses bourreaux, 1832, huile sur toile, 81 x 65 cm. © Maisons de Victor Hugo
Eugénie Henry, Quasimodo sauvant Esmeralda des mains de ses bourreaux, 1832, huile sur toile, 81 x 65 cm.
© Maisons de Victor Hugo

Une exposition militante. C’est ainsi qu’apparaît la présentation d’une soixantaine de dessins, estampes, photographies, affiches, publications, un film tourné pour l’occasion et deux extraits de films sur Notre-Dame de Paris, dans la crypte archéologique de l’île de la Cité. Celle-ci vient de rouvrir après l’incendie de la cathédrale, en 2019. Géré par Paris Musées, ce centre d’interprétation ne se contente donc pas de montrer de nouveau ses vestiges de murs antiques ou médiévaux. À travers l’exposition, il s’agit de faire comprendre ce que l’édifice millénaire doit au XIXe siècle.

Charles Villeneuve de Janti, conservateur en chef des collections de Paris Musées, a été touché par les propos concernant la flèche de Notre-Dame, au lendemain du désastre. Il les résume par : on s’en fiche, c’est du XIXe siècle… Est alors née l’idée, en concertation avec Valérie Guillaume, directrice du Musée Carnavalet et de la crypte archéologique, de montrer au public que c’est au contraire très important. La regrettée Delphine Lévy, directrice générale de Paris Musées avait insisté sur la place à donner à Victor Hugo dans cette mise au point.

Peu importe alors que les œuvres montrées ne soient que des reproductions, d’ailleurs excellentes (il était impossible de présenter des œuvres sur papier pour une durée indéterminée). Les institutions et musées français – entre autres, le Musée Carnavalet, la Maison de Victor Hugo, l’École nationale supérieure des beaux-arts, la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, la Bibliothèque nationale de France et le Musée d’Orsay –, mais aussi le Metropolitan Museum de New York, l’Israel Museum de Jérusalem et le J. Paul Getty Museum de Los Angeles ont accepté que des œuvres leur appartenant soient reproduites pour l’occasion.

Victor Hugo réhabilite Notre-Dame

La démonstration est limpide. Elle débute par l’état des lieux après la Révolution française : la cathédrale est fortement dégradée car le monument gothique n’est plus entretenu depuis longtemps. Au point que la flèche du XIIIe siècle a été démantelée en 1786 et que, lorsque Napoléon Bonaparte utilise les lieux pour son sacre, il demande à ses architectes Pierre Fontaine et Charles Percier de les transformer par un décor intérieur et extérieur au goût du jour. C’est Victor Hugo qui, après un premier texte en 1825, donne l’alerte avec son article « Guerre aux démolisseurs », dans un numéro de la Revue des deux mondes, en mars 1832. Détaillant les atteintes au patrimoine, il prophétise que le vandalisme détruira Notre-Dame. Mais il a déjà fourbi – et magistralement utilisé – ses armes ; en 1831, il a publié Notre-Dame de Paris qui crée un imaginaire autour de la vieille cathédrale et la rend extraordinairement populaire. En 1844, les architectes Jean-Baptiste Lassus et surtout Eugène Viollet-le-Duc sont chargés de restaurer le monument dont certaines sculptures s’inspireront des illustrations du livre d’Hugo. Une aventure désormais contée en images (grâce aux photographies du XIXe siècle, notamment) dans cette crypte où se lit l’histoire du cœur de Paris.

Notre-Dame de Paris de Victor Hugo à Eugène Viollet-le-Duc,
à partir du 9 septembre, crypte archéologique de l’île de la Cité, 7, place Jean-Paul II, parvis de Notre-Dame, 75004 Paris.

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°552 du 2 octobre 2020, avec le titre suivant : Ce que Notre-Dame doit au XIXe siècle

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque