Mercredi 18 septembre 2019

Caillebotte vous reçoit chez lui

Propriété Caillebotte - Jusqu’au 20 juillet 2014

Par Dominique Vergnon · L'ŒIL

Le 16 mai 2014 - 324 mots

Les trois tableaux que Caillebotte peint en 1878 et réunit un an plus tard pour la quatrième exposition impressionniste accueillent le visiteur.

Les plaisirs de l’eau se croisent ici : pêche, baignade, canotage. Ce triptyque résume le style de l’artiste : lumière tamisée par le feuillage, touches rapides, cadrage serré rapprochant l’action, obliques guidant l’œil. Cette composition personnelle construit la plupart des tableaux exposés à la Ferme Ornée de la propriété familiale achetée par son père en 1860. Pendant quatre ans, Gustave Caillebotte (1848-1894) trouve dans le parc et sur les bords de l’Yerres l’essentiel de son inspiration. De sujets ordinaires et quotidiens, il fait les motifs centraux de nombreuses toiles auxquelles son pinceau audacieux donne une seconde spatialité.

À côté du chef-d’œuvre qu’est la Partie de bateau, deux tableaux ayant pour titre Périssoires sur l’Yerres prouvent combien Caillebotte manie avec originalité et dextérité des techniques inédites à l’époque comme le gros plan, la vue plongeante, les diagonales. Alors que dans la réalité la rivière est étroite, l’espace semble se distendre et se prolonger le long des berges, assurant aux mouvements des rameurs une dynamique étonnante et aux barques une sensation de vitesse au fil du courant.

Autre thème cher à l’horticulteur averti qu’il est, le jardin potager. Un délicat pastel à dominante bleue et verte de 1877 représente le mur qui le clôt. Les nuances de la végétation sont calculées pour soutenir l’effet de longueur et suivre l’allée qui se courbe au fond de la perspective. Caillebotte, un impressionniste injustement oublié pendant cinquante ans ? Certes, mais davantage. Avec ses quarante-six tableaux, cette exposition montre que ce passionné de voile, de plus mécène généreux, est un novateur qui sut dépasser l’anecdote. Architecte de l’espace, il anticipe la modernité. La confrontation entre les lieux qu’il voyait et leur transcription sur la toile que l’on admire est saisissante.

« Caillebotte à Yerres au temps de l’impressionnisme »

Propriété Caillebotte, 8, rue de Concy, Yerres (91)
www.proprietecaillebotte.com

Légende photo

Gustave Caillebotte (1848-1894) - Panneaux décoratifs (1878) : - Baigneurs, bords de l’Yerres, 157 x 117 cm - Collection privée
- Périssoires sur l'Yerres, 157 x 113 cm - Musée des beaux-arts de Rennes
- Pêche à la ligne, 157 x 113 cm - Collection privée

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°669 du 1 juin 2014, avec le titre suivant : Caillebotte vous reçoit chez lui

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque