Moyen Age

Au temps de la peste noire

Par Daphné Bétard · Le Journal des Arts

Le 30 juillet 2007 - 560 mots

En regard de ses propres collections, le Musée de Cluny dévoile le trésor d’Erfurt, qui sort pour la première fois d’Allemagne. Un riche témoignage d’une page sombre de l’histoire de l’Europe.

PARIS - La « peste noire » qui ravagea l’Europe au milieu du XIVe siècle eut des conséquences dramatiques sur la perception des communautés juives, accusées d’avoir empoisonné les puits et fontaines. Victimes de pogroms et de violentes persécutions allant jusqu’au massacre, certains de ses membres prirent la décision d’enterrer leurs biens. Plus de six siècles après ces épisodes tragiques, en 1998, l’un de ces « trésors » a été mis au jour à Erfurt, en Allemagne. Destiné à être présenté dans une ancienne synagogue de la ville à partir de 2009, il a pour la première fois quitté l’Allemagne pour rejoindre les cimaises du Musée national du Moyen Âge. Et pour cause : l’institution parisienne possède un trésor similaire à celui d’Erfurt, découvert en 1863 dans le mur d’une maison de l’ancien quartier juif médiéval de Colmar (Haut-Rhin). Conservatrice au Musée national du Moyen Âge et commissaire de la manifestation, Christine Descatoire s’est rendue à Erfurt pour sélectionner les pièces les plus significatives du trésor germanique afin d’enrichir l’ensemble conservé à Cluny. Mis en regard l’un de l’autre, les deux trésors composés de bijoux, pièces d’orfèvrerie de table et de monnaies constituent de précieux témoignages sur les activités économiques et sociales des Juifs au Moyen Âge, mais aussi sur leur insécurité grandissante au sein du monde chrétien. Il apporte également des éléments d’information importants et jusqu’ici manquants sur l’orfèvrerie profane des XIIIe et XIVe siècles – les pièces de cet art étaient en général fondues pour être réutilisées et très peu d’exemplaires sont parvenus jusqu’à nous.
Fidèle à sa politique d’exposition, le Musée de Cluny signe ici un parcours élégant et didactique qui met en exergue les objets en évoquant à la fois leur fonction et leur contexte d’origine. Indices précieux pour l’identification des trésors, les bagues de mariages juives, sur lesquelles est gravé mazel tov (« bon augure » en hébreu), sont ornées d’un petit édifice symbolisant à la fois le nouveau toit du couple et le Temple de Jérusalem. Cette architecture subtile a été reprise par la scénographie pour servir d’écrin aux bijoux et éléments de parure réunis, parmi lesquels cet exceptionnel fermail (accessoire servant à fermer un vêtement ou utilisé comme simple ornement) du XIVe siècle, exécuté sur le thème de l’Amour, en argent doré, grenats et perles ; il n’en existe aucun équivalent pour le Moyen Âge. Parmi les pièces uniques présentées, figurent également ce nécessaire de toilette (ou parure cosmétique) composé d’un flacon accroché à une chaîne, ainsi qu’une série de huit gobelets s’emboîtant, dans un remarquable état de conservation. Relativement répandu à l’époque gothique, ce type de gobelets n’a quasiment jamais été conservé et n’est connu à ce jour qu’un seul autre service semblable à celui d’Erfurt, lequel est conservé au Germanisches Nationalmuseum à Nuremberg, en Allemagne.
Cette exposition exemplaire est réalisée avec des moyens modestes par le Musée national du Moyen Âge, qui attend toujours que ministère de la Culture s’engage à lui accorder les budgets nécessaires à ses travaux de rénovation.

TRÉSORS DE LA PESTE NOIRE : ERFURT ET COLMAR

Jusqu’au 3 septembre, Musée national du Moyen Âge – Thermes et hôtel de Cluny, 6, place Paul-Painlevé, 75005 Paris, tél. 01 53 73 78 16, www.musee-moyenage.fr, tlj sauf mardi, 9h15-17h45. Catalogue, éd. RMN, 96 p., 20 euros.

TRÉSORS DE LA PESTE NOIRE

- Commissaire : Christine Descatoire, conservatrice au Musée national du Moyen Âge - Nombre de pièces : 250 (dont 180 prêts provenant d’Erfurt) - Nombre de sections : 3

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°259 du 11 mai 2007, avec le titre suivant : Au temps de la peste noire

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque