Atget, Le Paris éternel

Par Isabelle Manca · L'ŒIL

Le 23 avril 2012 - 240 mots

endant plus de trente ans, Eugène Atget (1857-1927) arpente les rues de Paris et réalise plusieurs milliers de clichés d’une ville en pleine transformation, une œuvre prolifique indissociable dans l’imaginaire collectif de l’image du vieux Paris.

Son approche est documentaire, presque scientifique, à la manière d’un archéologue il tente de conserver par le cliché l’image d’une ville vouée en partie à disparaître. Son travail attire rapidement l’attention des institutions ; la Bibliothèque nationale et le Musée Carnavalet deviennent ses principaux clients, reconnaissant dans ses clichés un témoignage patrimonial précieux.

Riche d’un fonds de près de 9 000 tirages, le Musée Carnavalet lui consacre actuellement une grande rétrospective. L’exposition est organisée selon les thématiques incontournables de son œuvre : les petits métiers ambulants et les boutiques, la Seine et les jardins de Paris, mais surtout ses images les plus célèbres, les rues de la capitale. Bien plus que de simples documents à valeur historique, ses clichés se distinguent par leur qualité plastique et leur sens du détail et du récit, des caractéristiques qui ont une influence considérable sur les surréalistes ; une filiation que l’exposition rappelle avec la présentation de la collection de photographies d’Atget constituée par Man Ray.

L’exposition restitue également le travail d’Atget parmi ses contemporains en mettant en regard ses clichés avec ceux d’Emmanuel Pottier, un confrère moins célèbre ayant abordé les mêmes thématiques.

Information

«Eugène Atget, Paris », Musée Carnavalet-Histoire de Paris, 23, rue de Sévigné, Paris-3e, www.carnavalet.paris.fr

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°646 du 1 mai 2012, avec le titre suivant : Atget, Le Paris éternel

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque