Samedi 22 février 2020

Architecture

La presse salue la réussite de la Philharmonie de Paris

Par Julie Paulais · lejournaldesarts.fr

Le 18 janvier 2016 - 561 mots

PARIS

PARIS [18.01.16] – Un an après son ouverture, le 14 janvier 2015, la nouvelle Philharmonie de Paris a accueilli 1,2 million de visiteurs, alors que les prévisions tablaient sur 800 000 personnes.

Jeudi dernier l’établissement a annoncé ses chiffres de fréquentation pour sa première année de fonctionnement. La nouvelle Philharmonie a selon Les Echos « pulvérisé les pronostics les plus optimistes », qui tablaient sur 800 000 visiteurs, en accueillant 1,2 million de personnes, un an après son ouverture le 14 janvier 2015. Le taux de remplissage est de 95 %, 97 % pour l’auditorium de 2 400 places conçu par Jean Nouvel, alors que la Salle Pleyel ne dépassait pas 87 %.

La fréquentation de la Philharmonie représente une augmentation de 65 % par rapport au public cumulé de la Cité de la musique et de la Salle Pleyel en 2014 (730 868), précise le bilan. La Salle Pleyel, qui était gérée par la Cité de la musique, a été fermée à l'ouverture de la Philharmonie. Sur le total de 1 203 056 visiteurs, près de la moitié (539 722 visiteurs) ont assisté à un concert payant, une hausse de 28 % par rapport au cumul de la Cité de la musique et de la salle Pleyel en 2014. Quant aux abonnements, ils ont également connu une augmentation de 31 %.

Quelques chiffres publiés par la Philharmonie montrent que l’établissement a réussi à attirer de nouveaux publics, un point relevé par tous les journaux. Implantée dans un quartier populaire du nord-est de Paris, la Philharmonie attire davantage de public venant de banlieue, de province et de l'étranger que l'ensemble Cité de la musique/Salle Pleyel. Moins de la moitié du public vient de Paris intra-muros (48% contre 60 % pour la Cité/Pleyel en 2014), 31 % vient de la banlieue (30 % en 2014) et 21 % de régions et de l'étranger (10 % en 2014). 19 % du public vient de Seine-Saint-Denis, située juste de l'autre côté du périphérique parisien, contre 13 % en 2014 à la Cité de la musique/Salle Pleyel. « Le plus grand succès de la Philharmonie, c'est la mixité sociale », estime son président Laurent Bayle, cité par RTL.

Les Echos et La Croix rappellent la genèse chaotique de la Philharmonie et soulignent la réussite du projet. Critiquée pour sa localisation à La Villette, loin des beaux quartiers où se situe la Salle Pleyel, la Philharmonie a connu d’autres polémiques, notamment concernant ses retards en série (deux années) et ses dérapages budgétaires (386 millions au final, soit presque le double du budget initial). Estimant son œuvre dénaturée, l’architecte Jean Nouvel a même intenté un procès pour faire respecter son projet, mais a été débouté en avril 2015, rappelle La Croix.

Le succès de la Philharmonie est en partie dû à des concerts participatifs et familiaux à prix réduits, et à de grandes expositions temporaires. L’exposition « David Bowie is » a ainsi attiré 300 000 visiteurs en trois mois, et 100 000 visiteurs sont attendus pour « Marc Chagall : le triomphe de la musique », jusqu’au 31 janvier.

« Cette salle est pleinement adoubée par le public et vantée par les chefs d’orchestre », assure Laurent Bayle, cité dans La Croix. « Je pense que son succès va se maintenir, comme celui de la Philharmonie de Berlin, à condition d’offrir une programmation de qualité. »

Légendes photos

L'auditorium de la Philharmonie de Paris © Photo Forgemind ArchiMedia - 2015 - Licence CC BY-SA 2.0

Thématiques

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque