Vendredi 6 décembre 2019

Art contemporain

Geneviève Claisse, une vie dédiée à l'abstraction

Par Patrice Deparpe · lejournaldesarts.fr

Le 25 mai 2018 - 362 mots

LE CATEAU-CAMBRESIS

Patrice Deparpe, le directeur du Musée Départemental Matisse qui avait organisé une rétrospective de l’artiste, évoque son parcours.

Née à Quiévy, Nord, (1935) tout comme le cousin de sa grand-mère Auguste Herbin (1882), Geneviève Claisse s'est, dès ses débuts, orientée vers l'abstraction géométrique qu'elle découvre (à 15 ans) au-travers de revues artistiques...sans connaitre alors son lien de parenté avec l'artiste qu'elle révérait ! L'Art non figuratif et non objectif lui a alors servi de "petit livre rouge" contre la volonté de sa famille qui ne voulait pas la voir devenir artiste. Rencontrant finalement Herbin (à 18 ans), elle bénéficiera de ses conseils avant de le rejoindre en 1959 à Paris et de devenir son assistante. En parallèle de ce travail elle  poursuivra ses recherches personnelles cherchant ainsi à s'émanciper. 

Dès ses débuts, dans ses carnets de dessins, elle pose les bases d'un vocabulaire qui lui est propre et qui s'organise autour de trois figures géométriques : la ligne, le cercle et le triangle. Toute sa vie elle passera de l'un à l'autre, les réunissant parfois, en les traitant de façon sérielle, les animant dans des plans différents, les transfigurant par le biais de rapport de couleurs pures, intenses tout en conservant une extrême simplicité dans la représentation des formes, s'obligeant à une rigoureuse perfection d'exécution.

Exposée chez Denise René dès 1961, elle va y trouver dans l'abstraction le moyen naturel d'exprimer le monde. Son travail sera régulièrement présenté dans de nombreuses expositions en France et à l'étranger,  ses oeuvres sont acquises par des musées comme le Museum of Contempory Art de Chicago, Guggenheim de New York, Louisiana Museum au Danemark, Musée des Beaux Arts de Lausanne, le Centre Georges Pompidou à Paris, les musées de Grenoble, Cholet, Dunkerque, LaM de Villeneuve d'Ascq, Cambrai et le Cateau-Cambrésis. 

Sa grande générosité s'est souvent exercée au bénéfice des musées de sa région natale du Nord.

Son exposition rétrospective "Écolière, j'étais déjà abstraite"  en 2015 au musée Matisse au Cateau-Cambrésis, a permis d'envisager la richesse, l'exigence, l'originalité de sa production. Elle a montré également l'engagement et la place que tenait Geneviève Claisse au sein du mouvement de l'abstraction géométrique, elle qui écrivait l'abstraction mène à l'expression infinie.

Thématiques

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque