Disparition

Disparition de l’artiste allemand Lothar Baumgarten

Par Jérémie Glaize · lejournaldesarts.fr

Le 10 décembre 2018 - 371 mots

BERLIN / ALLEMAGNE

Lothar Baumgarten, artiste multidisciplinaire engagé, s’est éteint dimanche 2 décembre à Berlin. Il était âgé de 74 ans.

Lothar Baumgarten
Lothar Baumgarten lors de la préparation de son exposition « Los Aristócratas de la Selva y la Reina de Castilla » à la Fondation Botín (Santander / Espagne) en 2012

Photographe, dessinateur, performeur, anthropologue … l’artiste conceptuel allemand Lothar Baumgarten, disparu à l’âge de 74 ans à Berlin est véritablement un artiste pluridisciplinaire. La galerie Marian Goodman, qui le représente, a confirmé dans un communiqué sa disparition. 

Né en 1944 à Rheinsberg, en Allemagne, Lothar Baumgarten étudie d’abord à l’académie des beaux-arts de Karlsruhe (ex Allemagne de l’ouest) puis à l’académie d’art de la ville de Düsseldorf où il obtient son diplôme en 1971. Il a été l’élève de Joseph Beuys. Il travaille très tôt le medium photographique. Riche de l’héritage de son père anthropologue, il pratique un art conceptuel, où photographies, vidéos, projections et enregistrements s’entrecroisent et jouent avec différentes notions et concepts empruntées à l’ethnographie et à la colonisation. 

Il réalise ainsi en 1977 une vidéo intitulée The Origin of the Night : Amazon Cosmos, où il prétend représenter un voyage dans une contrée tropicale.  Il révélera ultérieurement que sa vidéo a été tournée sur les berges du Rhin. Il passe cependant près de dix-huit mois, entre 1978 et 1980, dans la tribu indienne des Yanomami, au Venezuela et au Brésil, dont il tire une impressionnante documentation. 

En 1993, il organise une exposition au Musée Guggenheim de New York, America : Invention, où il interroge la situation des tribus amérindiennes. “Pour connaître et embrasser cette société, vous ne pouvez pas l’étudier dans les livres et passer à autre chose. Vous devez y sauter à pieds joints, dans les buissons, presque nu, comme je l’ai fait”, expliquait-il au critique John Russel en 1988.

Il expose dans de nombreux pays, au Dallas Museum of Art en 2004, au Macba de Barcelone en 2008, à la fondation Botín à Santander en 2012 ou, plus récemment, au Musée Reina Sofia en 2016. Ses œuvres sont présentes dans de nombreuses collections, comme celle de la Tate de Londres ou du Metropolitan de New York. Il est l’auteur du jardin de la fondation Cartier. Il a participé à quatre éditions de la Documenta, en 1972, 1982, 1992 et 1997, et a également remporté le Lion d’or, lors de la 41e Biennale de Venise, en 1984.

 

Thématiques

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque