Mercredi 24 octobre 2018

Distinction

Dix ans au service des métiers d’art

Par Sophie Flouquet · Le Journal des Arts

Le 3 septembre 2009 - 620 mots

Le prix Liliane-Bettencourt « Pour l’intelligence de la main » fête son dixième anniversaire.

Alors qu’il est un secteur à la fois précaire et en pleine ébullition créative, l’artisanat d’art est encore peu soutenu par des actions de mécénat purement désintéressées. Si certaines maisons de luxe, telle Chanel, ont racheté voici quelques années plusieurs fleurons de l’artisanat œuvrant pour le secteur de la haute couture et menacés de disparition, comme l’atelier de plumasserie Lemarié, si d’autres maisons ont créé des fondations d’entreprise destinées à faire émerger des talents susceptibles de donner un coup de fouet à leur savoir-faire (Hermès, Bernardaud…), le prix « Pour l’intelligence de la main », qui fête cette année son dixième anniversaire, fait figure d’exception. Créé en 1999 par la Fondation Bettencourt Schueller – fondation reconnue d’utilité publique qui œuvre également dans les domaines de la recherche et du social –, celui-ci récompense tous les ans des professionnels des métiers d’art. Doté d’un budget annuel d’environ 300 000 euros, il a été voulu par Liliane Bettencourt, la patronne de l’empire L’Oréal, afin d’honorer la mémoire de son père, Eugène Schueller, proche du créateur Art déco Jacques- Émile Ruhlmann. En dix ans, plus de quarante professionnels ont ainsi été récompensés non pour leur carrière mais pour l’une de leur création.

Vers les collectionneurs
C’est pour donner plus de visibilité à cette action que la Fondation organise cette année, pour la première fois, une exposition destinée à célébrer les dix années d’existence du prix. Montée en partenariat avec la maison de ventes Sotheby’s, la présentation réunit à la Galerie Charpentier une quarantaine de pièces uniques signées de la main des douze des anciens primés ; des créations réalisées, entre autres, par le verrier Bernard Dejonghe, l’orfèvre Roland Daraspe, l’ébéniste Ludovic Avenel ou encore le sculpteur sur métal Jacques Dieudonné. « Il faut que ces créations puissent aller vers ceux à qui elles sont destinées, c’est-à-dire les collectionneurs, explique Jean-Pierre Valériola, directeur de la communication et du développement à la Fondation. Or il existe très peu de galeries spécialisées dans ce domaine et peu de relais hors de France. » Comme tous les ans, un prix sera également remis, le 20 octobre. Mais il récompensera exceptionnellement dix professionnels de dix métiers d’art différents, au lieu d’un seul choisi dans un secteur précis lors des éditions précédentes. Les lauréats 2009 ont ainsi été sélectionnés par un panel d’experts saisis d’une centaine de dossiers. « Ces dix ans nous donnent l’occasion de servir les métiers d’art de façon différente, poursuit Jean-Pierre Valériola, mais nous continuerons à faire de la détection. » Le nouvel axe d’action pourrait notamment consister à encourager les rencontres entre artisans et designers. « Créer une élite en lui donnant l’occasion de se confronter avec des créateurs », résume Jean-Pierre Valériola. Une action de diffusion qui devrait aussi être l’une des priorités mises en avant par le rapport parlementaire de la sénatrice Catherine Dumas (UMP) consacré aux métiers d’art, un document qui doit être remis à la rentrée au Premier ministre. Ceci alors que les engagements pris par le ministre de la Culture Renaud Donnedieu de Vabres en faveur de la création d’un lieu d’exposition spécifique dans la capitale n’ont jamais été honorés.

Lauréats 2009

Isabelle Guédon et Benjamin Caron, artisans du cuir
Aurélie Lanoiselée, brodeuse, créatrice textile
Françoise Fabre et Jean-Marc Lavaur, couturière mécanicienne et coupeur gantier
Éric Leblanc, plâtrier, staffeur, stucateur
Xavier Le Normand, artiste verrier
Gladys Liez, dinandier
Kristin McKirdy, céramiste
Loïc Nébréda, facteur de masques
François-Xavier Richard, fabricant de papier peint
Nelly Saunier, plumassière

LES TRÉSORS DU PRIX LILIANE-BETTENCOURT POUR L’INTELLIGENCE DE LA MAIN, du 10 au 16 septembre, Galerie Charpentier, Sotheby’s, 76, rue du Faubourg-Saint-Honoré, 75008 Paris, tél. 01 53 05 53 05, www.sothebys.com

À noter également

Le syndicat professionnel des métiers d’art Ateliers d’art de France offre chaque année la possibilité à une douzaine de lauréats, représentatifs de l’avant-garde de la création, d’exposer lors du salon professionnel Maison&Objet — dont le syndicat est copropriétaire.

Salon Maison&Objet (réservé aux professionnels), du 4 au 8 septembre 2009 et du 21 au 25 janvier 2010, parc d’expositions Paris-Nord - Villepinte, 95970 Roissy, www.maison-objet.com

Les cinq lauréats du Prix Jeunes créateurs Ateliers d’art de France qui y exposent du 4 au 8 septembre sont : Caroline Wagenaar, céramiste ; Jean-Luc Le Mounier, créateur de mobilier ; Sébastien Panis, tourneur d’art sur bois ; Max Mazlo, joaillier ; Charlotte Romain, verrière.

Les six autres, qui y exposeront du 21 au 25 janvier 2010, sont : Yann Marot, tourneur sur bois ; Olivier Dollé, créateur de mobilier ; Anaïs Duplan, créatrice textile ; Emmanuelle Bernat, créatrice de mobiler ; Ludivine Huteau, créatrice de bijoux ; Éric Demeyer & Steven Leprizé, ébénistes.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°308 du 4 septembre 2009, avec le titre suivant : Dix ans au service des métiers d’art

Tous les articles dans Campus

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque