École d'art - Nomination

Alexia Fabre, nommée à la tête des Beaux-Arts de Paris

Par Julie Goy · lejournaldesarts.fr

Le 25 janvier 2022 - 438 mots

PARIS

L’École nationale supérieure des Beaux-Arts aura connu quatre directeurs et une directrice en moins de dix ans.

Alexia Fabre. © Photo Gueorgui Pinkhassov.
Alexia Fabre.
© Photo Gueorgui Pinkhassov.

Autant la procédure qui avait abouti à la nomination de Nicolas Bourriaud à la direction de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris (ENSBA) en 2011 avait suscité l’attention des médias, autant la nomination d’Alexia Fabre, qui prendra son poste en mars prochain, a été réalisée dans la plus grande discrétion. 

Née à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) en 1967, Alexia Fabre est diplômée de l’École du Louvre et fut élève à l’Institut national du patrimoine jusqu’en 1993. La même année, elle devenait conservatrice du Musée départemental des Hautes-Alpes à Gap, qu’elle quitta en 1998 pour superviser le projet scientifique et la construction du futur musée d’art contemporain du Val-de-Marne, le Mac Val, qui a ouvert ses portes en 2005 à Vitry-sur-Seine.

À la direction du Mac Val, elle a contribué à la constitution d’une collection de 2 500 œuvres, mettant un point d’honneur à assurer la parité. Des expositions de grands noms de la scène artistique comme Christian Boltanski, Fabrice Hyber ou Mona Hatoum, ont côtoyé des expositions engagées comme « Persona grata » et d’autres fédératrices comme « Lignes de vie », qui avait invité 80 artistes à exposer ensemble. La diversité est pour elle un sujet de préoccupation, et ce n’est pas un hasard si elle fut choisie pour la rédaction d’un manifeste pour un musée humaniste en 2017. 

À deux reprises, en 2009 et 2011, elle fut co-directrice artistique de la Nuit blanche avec Franck Lamy, une expérience qu’elle décrivait comme « très différente de celle du musée », et qui l’avait « enchantée »

La direction d’une école d’art représente une nouvelle aventure pour la conservatrice, bien que les Beaux-Arts de Paris ne lui soient pas inconnus. Elle avait déjà dirigé le jury de diplôme en 2015, ainsi que l’exposition des diplômés en 2016. Elle est aussi co-commissaire, aux côtés d’Audrey Illouz et Christiano Raimondi, de l’exposition « Crush » qui ouvrira le 2 février prochain.

La nouvelle directrice devra porter un « important programme de travaux immobiliers en "site occupé" », et elle devra veiller « particulièrement aux enjeux de transition écologique, d’égalité, de diversité et de lutte contre toutes les formes de violence et de discrimination », indiquait le ministère de la Culture

La direction des Beaux-Arts de Paris est un poste exposé où les directeurs se succèdent ou ne sont pas renouvelés, à un rythme rapide. Nicolas Bourriaud, nommé en 2011, avait traversé une crise importante avant d’être remercié en 2015 et remplacé par l’artiste Jean-Marc Bustamante, qui n’avait pas été renouvelé à son poste en 2018, après plusieurs remous. En 2019, Jean de Loisy prenait sa place, et ne sera resté que 4 ans.  

Thématiques

Tous les articles dans Campus

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque