Dimanche 16 février 2020

Justice

Un ex-banquier espagnol condamné pour la "contrebande" d'un Picasso  

Par LeJournaldesArts.fr (avec AFP) · lejournaldesarts.fr

Le 17 janvier 2020 - 355 mots

MADRID / ESPAGNE

L'ex-banquier espagnol Jaime Botin a été condamné pour "contrebande" à 18 mois de prison pour avoir sorti du pays sans autorisation un tableau de Picasso jugé "inexportable", a indiqué jeudi un tribunal madrilène.

Cette Tête de jeune fille de Pablo Picasso est le tableau que Jaime Botin a tenté de faire sortir illégalement d'Espagne. © Douane française.
Cette Tête de jeune fille de Pablo Picasso est le tableau que Jaime Botin a tenté de faire sortir illégalement d'Espagne.
© Douane française.

Ancien président de Bankinter et membre de la puissante famille à la tête du géant bancaire Santander, M. Botin a aussi été condamné à une amende de 52,4 millions d'euros. Selon la décision datée de mardi, l'ex-banquier de 83 ans a été jugé coupable "d'un délit de contrebande de biens culturels pour avoir tenté de sortir du territoire national et sans autorisation le tableau de Pablo Picasso Tête de jeune fille".

Les juges ont en outre attribué la propriété de l'œuvre, qui est actuellement au musée Reina Sofía de Madrid, à l'État espagnol. M. Botin, qui peut déposer un recours contre cette condamnation, ne devrait pas être incarcéré car les peines inférieures à deux ans de prison ne sont généralement pas appliquées en Espagne quand le condamné n'a pas d'antécédents judiciaires.

L'ancien banquier avait tenté en vain depuis 2012 d'obtenir l'autorisation des autorités espagnoles de sortir la toile, estimée à 26 millions d'euros, du pays. Son intention était de vendre l'oeuvre, qui représente une femme aux cheveux longs et ocres, aux enchères de la maison Christie's à Londres. Mais le ministère de la Culture espagnol avait jugé le tableau "inexportable", arguant qu'il n'existait "aucune œuvre similaire en Espagne"  de cette période de Picasso.

M. Botin avait fait fi de cette décision et avait sorti la peinture d'Espagne en 2015 à bord d'un luxueux bateau depuis le port espagnol de Valence (Est). Les douanes françaises l'avaient saisie à Calvi en Corse après le dépôt d'une demande d'autorisation d'exportation vers la Suisse. 

Les avocats de l'ex-banquier ont toujours défendu que le tableau, acheté par M. Botin en 1977 à Londres, n'était pas espagnol mais britannique et n'était donc pas soumis au droit espagnol. Mais les juges madrilènes ont considéré qu'il s'agissait "d'un exemple clair du patrimoine historique espagnol".

Le tableau a été peint en 1906 par Picasso pendant la période dite de "Gosol" (en Catalogne), avant que le peintre espagnol n'opère un virage décisif vers le cubisme. 

Thématiques

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque