Mardi 11 décembre 2018

Roy Lichtenstein, une lumière s’éteint

Par Philippe Régnier · Le Journal des Arts

Le 10 octobre 1997 - 168 mots

Avec le décès, le 30 septembre, de Roy Lichtenstein, se referme l’une des principales pages de l’histoire de l’art américain de l’après-guerre. Connu du grand public, atteignant les sommets en salles des ventes, il était resté remarquablement fidèle au style qu’il avait élaboré au début des années soixante.

NEW YORK. En 1962, Leo Castelli expose pour la première fois les travaux d’un artiste déjà âgé de trente-neuf ans : Roy Lichtenstein. Le succès de ses peintures influencées par la bande dessinée est immédiat et ne se démentira plus. Avec son cadet Andy Warhol, il met un terme à la suprématie du premier grand mouvement artistique américain, l’Expres­sionnisme abstrait. En recyclant l’imagerie populaire, le Pop Art de Lichtenstein s’est inscrit pleinement dans la culture des États-Unis. Fidèle dans la forme aux cernes, aux aplats colorés et aux lignes tranchées, son iconographie s’est en fin de compte très vite éloignée des cartoons pour revisiter l’histoire de l’art ou décliner des objets du quotidien, comme dans sa série des Mirrors (Miroirs).

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°45 du 10 octobre 1997, avec le titre suivant : Roy Lichtenstein, une lumière s’éteint

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque