Vendredi 13 décembre 2019

Justice

Mexique : la justice interdit la vente d'une Barbie à l'effigie de Frida Kahlo

Par LeJournaldesArts.fr (avec AFP) · lejournaldesarts.fr

Le 20 avril 2018 - 379 mots

MEXICO / MEXIQUE

Un juge mexicain a interdit au groupe américain Mattel de commercialiser au Mexique une poupée Barbie à l'effigie de la peintre Frida Kahlo (1907-1954), donnant ainsi raison à la famille de l'artiste, a annoncé jeudi l'avocat de cette dernière.

La poupée Barbie à l'effigie de Frida Kahlo
La poupée Barbie à l'effigie de Frida Kahlo - Barbie® Inspiring Women™ Series Frida Kahlo Doll

Cette décision s'applique immédiatement, mais Mattel peut faire appel, a indiqué l'avocat, Me Pablo Sangri. La famille de Frida Kahlo espère désormais pouvoir engager une procédure juridique aux Etats-Unis afin d'obtenir que la poupée soit également interdite dans ce pays, a-t-il précisé. Le juge a ordonné à Mattel et ses distributeurs qu'ils "s'abstiennent de tout acte tendant à utiliser la marque, l'image ou l'oeuvre de Frida Kahlo". Contactés par l'AFP, les représentants de Mattel au Mexique n'étaient pas joignables jeudi soir.

En mars, le fabricant américain de jouets avait dévoilé une série de poupées à l'effigie de personnalités, baptisée "Inspiring Women" (femmes inspirantes), parmi lesquelles figure Frida Kahlo. L'épouse du grand muraliste mexicain Diego Rivera  -et un temps la maîtresse du révolutionnaire russe exilé Léon Trotsky--, Frida Kahlo est considérée comme l'une des plus grandes peintres du XXe siècle pour ses émouvants auto-portraits, dans lesquels elle exprimait à la fois sa douleur physique et son isolement. Mais la famille de l'artiste mexicaine a contesté à la société californienne le droit de commercialiser cette poupée. "Je suis ravie, car je crois que justice a été rendue : c'est nous la famille Kahlo qui détenons les droits pour toutes ces choses", a dit à l'AFP Mara Romeo, la petite-nièce de l'artiste.

De son côté Mattel estime être détenteur des droits, car le fabricants de jouets dit avoir "travaillé en étroite collaboration avec Frida Kahlo Corporation", basée à Miami, et "qui détient tous les droits liés au nom et à l'identité de Frida Kahlo". Cette société basée en Floride a bien été fondée par la famille de l'artiste, reconnaît l'avocat de Mme Romeo, mais en association avec la société Casablanca Distributors, qui selon lui n'a pas respecté le contrat en omettant d'informer les proches de l'usage fait de l'image de l'artiste.

Le visage de Frida Kahlo - et son fameux monosourcil - a été décliné à travers des dizaines d'objets au cours des dernières années : chaussures, carnets, sacs, parfum ou tequila. 

Cet article a été publié le 20 avril 2018 par l'AFP

Thématiques

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque