Aménagement territorial

L’État veut fédérer les acteurs du Mont-Saint-Michel

Par Margot Boutges · Le Journal des Arts

Le 26 avril 2017 - 612 mots

Un établissement public national va être créé pour coordonner tout le site. Le Centre des monuments nationaux qui gère l’abbaye conserverait ses recettes pour ses monuments.

MONT-SAINT-MICHEL - Le Premier ministre Bernard Cazeneuve a signifié dans un communiqué daté du 20 avril 2017 « la volonté de l’État de porter une nouvelle ambition pour le Mont-Saint-Michel », en accord avec les élus de la baie du Mont-Saint-Michel, cosignataires du texte. Une volonté qui se traduit par la création d’un établissement public à caractère industriel et commercial (Epic) pour placer l’ensemble du site sous la tutelle de l’État.

Actuellement, le Mont et ses abords sont gérés par de multiples acteurs (publics ou privés) avec le Centre des monuments nationaux (CMN) comme représentant de l’État, qui assure la gestion de l’abbaye coiffant le rocher. Depuis 2006, l’État s’était désengagé de la maîtrise d’ouvrage de l’opération de rétablissement du caractère maritime du mont. Ce vaste chantier a été conduit par les Régions, Départements et communes attenantes réunies au sein d’un syndicat mixte, dont les difficultés dans la conduite du projet ont été pointées, entre autres par la Cour des comptes en 2013. Ce syndicat mixte a notamment contracté avec un délégataire de service public un service de navettes, qui s’est avéré déficitaire. Quant à l’avenir, marqué par une vision pas toujours partagée, il s’annonçait incertain.

L’opération amenant le Mont à « renouer avec la mer » s’étant achevée en 2015, l’État veut aujourd’hui « coordonner la gestion et le développement du site, depuis le stationnement et les transports jusqu’à l’abbaye », comme l’indique le communiqué. À quoi doit servir cette nouvelle gouvernance ? Le rapport de mars 2017 établi par Philippe Bélaval, président du CMN, et Nicole Klein, ex-préfète de la région Normandie, sur lequel se sont appuyés Matignon et les élus (et que Le Journal des Arts a pu consulter) énumère les missions du nouvel Epic : assurer la promotion du Mont-Saint-Michel auprès des professionnels du tourisme ; installer une billetterie pour l’ensemble du site ; remanier la signalétique directionnelle ; coordonner l’ensemble de la sécurité (actuellement partagée entre trois communes) ; prendre en charge la gestion du barrage sur le Couesnan que les collectivités territoriales (qui seront parties prenantes au sein de l’Epic) ne veulent plus supporter (l’État s’est engagé à apporter « l’ensemble des financements nécessaires pour l’exploitation du barrage pour 2017 et 2018 »). Des objectifs d’amélioration du site nécessitant la construction d’un modèle économique viable et propre à l’Epic.

Le CMN, qui doit rester un acteur clef de la nouvelle structure, verra-t-il ses charges augmenter et/ou ses recettes diminuer ? L’établissement, qui devrait rester opérateur de l’abbaye, devra-t-il verser les ressources générées par l’édifice directement dans l’EPIC au détriment des autres monuments de son réseau, qui comptent sur la redistribution des recettes des monuments les plus visités (de tous les édifices gérés par le CMN, seul l’arc de triomphe de l’Étoile à Paris est plus fréquenté que le Mont-Saint-Michel) pour être entretenus ? Sans surprise, le rapport Bélaval-Klein critique cette éventualité. « Les recettes de l’abbaye alimentent le système de péréquation nationale du CMN et sont d’autant moins mobilisables qu’elles alimentent l’investissement culturel et touristique de l’établissement sur le Mont. Les réduire mettrait en danger la conservation et l’animation de l’abbaye et donc l’attractivité du site tout entier », explique le rapport. Il préconise cependant la mise en place d’un « package tarifaire » intégrant un droit d’entrée par visiteur sur le site du Mont pour couvrir les dépenses générées par l’Epic. Le communiqué de Matignon n’annonce pas autre chose : « Le modèle économique (que l’inspecteur général des Finances et ex-préfet de la Manche Adolphe Colrat est chargé de construire avec les collectivités et le CMN ndlr) devra reposer sur les recettes issues de la fréquentation du site et ne pas donner lieu à des contributions publiques d’équilibre. »

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°478 du 28 avril 2017, avec le titre suivant : L’État veut fédérer les acteurs du Mont-Saint-Michel

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque