Dimanche 16 décembre 2018

Le Palais de Tokyo met fin au Pavillon Neuflize OBC

Par Christine Coste · Le Journal des Arts

Le 17 janvier 2017 - 466 mots

Jean de Loisy met un terme au programme de résidence d’artistes que dirigeait Ange Leccia.

PARIS - En décembre 2016, le Palais de Tokyo annonçait pour le printemps 2017 l’arrivée de deux nouveaux concessionnaires pour la librairie et le restaurant installés dans le hall d’accueil : le libraire allemand Walther König et les éditions Cahiers d’art pour le premier espace, Quixotic Projects (nouvelle figure de proue à Paris dans le monde des bars) pour le second. Le communiqué de presse en revanche s’est bien abstenu de mentionner la fin du Pavillon Neuflize OBC créé et dirigé par l’artiste Ange Leccia. Car, une fois n’est pas coutume, ce n’est pas le désengagement du mécène, en l’occurrence Neuflize Vie, qui met un terme à ce programme de résidences d’artistes mené depuis quinze ans au sein même de l’établissement, mais une décision du président du Palais de Tokyo.
Les six artistes actuellement en résidence sont donc les derniers à bénéficier du cadre et des équipes de ce laboratoire de création, lié dès l’origine, en 2001, à l’ouverture du Palais de Tokyo. L’arrêt du Pavillon Neuflize OBC en juin signe aussi le départ d’Ange Leccia.

Surprise pour le mécène
Rien ne laissait pourtant présager une telle décision. Si elle a quelque peu pris de court les responsables du Pavillon Neuflize OBC, elle a également surpris le mécène. Pour expliquer ce choix, au Palais de Tokyo, on avance « la réorientation du programme de soutien à la création que Jean de Loisy annoncera en avril », sans être en mesure de donner d’autres précisions ni éclaircissements.
La fermeture du Pavillon Neuflize OBC annonce-t-elle le retrait du mécène du Palais de Tokyo ? Si du côté du centre d’art on conteste, la compagnie d’assurance vie et de capitalisation de la banque privée Neuflize OBC n’a pas souhaité répondre à nos questions. Cette décision du Palais la met dans une position embarrassante compte tenu de sa grande fidélité, durant quinze ans, dans le soutien au Pavillon.

Impulsé par Ange Leccia et soutenu par le ministère de la Culture par le biais de Guy Amsellem, alors délégué aux Arts plastiques, ce programme comptant parmi les résidences les plus prestigieuses à l’international se clôt après avoir soutenu plus de 140 artistes, parmi lesquels Isabelle Cornaro (lauréate du prix Fondation d’Entreprise Ricard 2010), Laurent Grasso (prix Marcel Duchamp 2008), Benoît Maire (Prix Fondation d’Entreprise Ricard, 2010), Koki Tanaka (pavillon japonais de la Biennale de Venise 2013). Le réalisateur et artiste Apichatpong Weerasethakul a entamé en ces lieux le projet de son film Cemetery of Splendour, Palme d’or à Cannes en 2015. On pourrait citer également Lola Gonzàlez, résidente en 2016-2017, lauréate du prix Meurice pour l’art contemporain en 2016.

Information

Le titre original de l'article paru dans le n°471 du Jda est "Palais de Tokyo, le Pavillon ferme".

En savoir plus
Consulter les fiches biographiques de :
- Ange Leccia
- Isabelle Cornaro
- Laurent Grasso

Légende Photo :
Ange Leccia © Photo Justine Emard

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°471 du 20 janvier 2017, avec le titre suivant : Le Palais de Tokyo met fin au Pavillon Neuflize OBC

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque