Mercredi 20 novembre 2019

Scandale

Le chemin de croix de Serrano

Le saccage de « Piss Christ » d’Andres Serrano, à Avignon, est un signe de radicalisation religieuse

Par Julie Portier · Le Journal des Arts

Le 26 avril 2011 - 586 mots

Alors que des groupes de catholiques traditionalistes criaient à l’outrage, la photographie d’Andres Serrano Immersion (Piss Christ) a été vandalisée le 17 avril au sein de la Collection Lambert en Avignon. Ce réveil des passions religieuses, signe d’un climat socioculturel tendu, est aussi le témoin violent de l’incompréhension suscitée par l’art contemporain.

AVIGNON - Dans le guide du visiteur de l’exposition « Je crois au miracle », inaugurée le 11 décembre 2010, Éric Mézil, directeur de la Collection Lambert en Avignon (Vaucluse), se réjouit que l’on puisse aujourd’hui contempler Immersion (Piss Christ) loin des polémiques, rappelant le lointain scandale qu’avait suscité la photographie d’Andres Serrano chez les puritains américains à la fin des années 1980. Personne, en effet, ne prévoyait le coup de marteau destructeur sur l’œuvre le dimanche 17 avril. La veille, une manifestation de catholiques traditionalistes réclamait le retrait immédiat de cette image « blasphématoire ». 

La photographie, fréquemment exposée dans le monde entier, n’avait suscité aucune réaction lors de sa dernière présentation dans le l’espace avignonnais, pas plus que les grandes bâches imprimées du Piss Christ qui flottaient dans la gare de Lyon, à Paris, en période de Noël. Malgré les nombreuses menaces de mort, Éric Mézil a tenu à rouvrir sans tarder les portes de la Collection Lambert « en présentant les œuvres détruites afin que le public puisse apprécier par lui-même la violence des actes de barbarie perpétrés ».

L’événement, qui suscite l’indignation générale, est révélateur d’au moins deux symptômes inquiétants. La sociologie de l’art ne peut malheureusement que relier l’acharnement de la censure populaire au rejet de l’art contemporain par une grande partie du public. Quand celui-ci se manifeste par une telle violence, n’est-il pas temps de prendre au sérieux la question de l’enseignement artistique à l’école ? Bien sûr, l’affaire Serrano est le témoin palpable de la montée du populisme ainsi que du climat de tension entre les communautés religieuses. Alors que les censeurs catholiques se réfèrent aux polémiques des caricatures de Mahomet, Jérôme Alexandre, professeur de théologie au collège des Bernardins, à Paris, déclarait dans Le Monde du 21 avril : « Le rapport à l’image [des musulmans] est très différent du nôtre. Les chrétiens sont impardonnables, car ils ont une tradition qui a porté très haut la liberté créatrice, comme aucune autre civilisation ne l’a fait. » 

Redonner du sens
La réappropriation du thème religieux dans l’art contemporain des deux dernières décennies, dont Serrano est l’un des exemples, doit se lire au contact de la grande tradition de l’art chrétien, de l’icône médiévale aux peintures de Caravage, où le divin achève sa progressive « incarnation » dans la chair. Ainsi le crucifix de Serrano, plongé dans l’urine et le sang, procède-t-il de la même symbolique : il s’agit pour l’artiste de redonner du sens à un objet banal qui représente la violence originelle d’une civilisation. « Le grand scandale auquel, hélas, la piété et la vénération s’habituent, c’est de porter un innocent sur cet instrument de torture qu’est la croix », conclut Jérôme Alexandre. Ce nouveau coup de théâtre ne précipitera-t-il la décision d’Yvon Lambert de déménager sa collection d’Avignon ? En décembre dernier, il se plaignait à la presse du manque d’engagement de la municipalité, notant entre autres que « la sécurité des œuvres n’est pas assurée à cent pour cent » (lire le JdA no 337, 17 décembre 2010). Rappelons à ce titre que le lieu accueillant la collection avait déjà été « frappé » par un baiser sur une toile Cy Twombly en 2007.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°346 du 29 avril 2011, avec le titre suivant : Le chemin de croix de Serrano

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque