Mercredi 19 décembre 2018

Justice

Le bronze de la discorde ne retournera pas en Italie, soutient le Getty de Los Angeles

Par LeJournaldesArts.fr (avec AFP) · lejournaldesarts.fr

Le 6 décembre 2018 - 486 mots

LOS ANGELES / ETATS-UNIS

Le Musée Getty de Los Angeles a refusé de renvoyer en Italie « L'athlète de Fano », un bronze datant du IVe siècle avant J.-C., malgré une décision de la plus haute juridiction italienne ordonnant la restitution de cette oeuvre attribuée au sculpteur grec Lysippe.

Jeunesse victorieuse - L'athlète de Fano victorieux - Lysippe
Détail de la statue intitulée par les américains Jeunesse victorieuse et attribuée au sculpteur grec Lysippe (v.-395-305)
Photo Wtin

Baptisée Jeunesse victorieuse par les Américains, la statue a été découverte en 1961 (*) dans la mer Adriatique par des pêcheurs au large de Fano (centre-est de l'Italie). Elle aurait été vendue immédiatement, changeant à plusieurs reprises de mains avant que l'Etat italien puisse exercer son droit de préemption.

L'oeuvre, qui représente un athlète nu (ou le prince macédonien Démétrios Poliorcète selon certains), avait refait surface sur le marché de l'art en 1974 et avait été acquise par le Musée J. Paul Getty pour 3,9 millions de dollars de l'époque. Elle est aujourd'hui exposée à la Villa Getty, sur les hauteurs du quartier ultra-chic de Pacific Palisades.

Jeunesse victorieuse - L'athlète de Fano victorieux - Lysippe
Lysippe (v.-395-305), Jeunesse victorieuse ou L'Athlète victorieux ou L'Athlète de Fano, bronze, 151,5 x 70 x 27,9 cm, collection J. Paul Getty Museum
Photo Wtin

"Nous allons continuer à défendre nos droits juridiques sur la statue", a assuré Lisa Lapin, vice-présidente chargée de la communication pour la Fondation Getty, dans un communiqué daté de lundi. Elle réagissait à une décision de la Cour de Cassation italienne rejetant un recours du Musée Getty contre un mandat de restitution délivré par un juge. Selon les médias italiens, deux mandats similaires avaient déjà été pris depuis 2007 mais le musée américain avait à chaque fois obtenu leur annulation pour vice de forme. Pour le Musée Getty, la dernière décision en date ne change rien à l'affaire : le mandat "est contraire au droit américain et international", et la statue de la discorde restera à Los Angeles "où elle est exposée au public depuis près d'un demi-siècle", écrit Mme Lapin.

Le ministre italien de la Culture, Alberto Bonisoli, s'était pourtant réjoui de la décision de justice mettant un terme à dix ans de procédures et d'arguties. "A présent nous espérons que les autorités américaines vont agir aussi vite que possible pour permettre la restitution du bronze de Lysippe à l'Italie", avait-il dit à l'agence de presse ANSA.

"La statue ne fait pas partie de l'héritage culturel italien, et n'en a jamais fait partie", a rétorqué Lisa Lapin, estimant que "la découverte accidentelle de cette statue par des ressortissants italiens n'en fait pas une oeuvre italienne".

Le contentieux entre l'Italie et le Musée Getty au sujet d'oeuvres d'art est ancien. En août 2007, le musée et l'Italie avaient annoncé un accord sur la restitution de 42 antiquités des collections du musée, dont Rome affirmait qu'elles avaient été volées puis illégalement exportées du pays.

Fondé par le milliardaire du pétrole John Paul Getty, le Getty Museum s'adosse à la fondation d'art la plus riche du monde, dont les avoirs sont évalués à quelque sept milliards de dollars.

note du journaldesarts.fr

(*) La dépêche AFP indiquait 1963 mais plusieurs sources dont la Bnf mentionne 1961 comme étant l'année de la découverte de la statue par les pêcheurs italiens.

 

Thématiques

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque