Mercredi 18 septembre 2019

Fondation

Lafayette Anticipations, nouveau lieu de création

Par Stéphane Renault · Le Journal des Arts

Le 14 mars 2018 - 495 mots

La Fondation d’entreprise Galeries Lafayette a inauguré le 10 mars un « bâtiment-outil » dévolu à la production et l’exposition d’œuvres contemporaines.

Paris. Il y a quelques années encore, la Ville Lumière pouvait prêter le flanc à la critique pour son manque d’espaces consacrés à la création contemporaine. Différents lieux ont fleuri depuis, que vient aujourd’hui compléter « Lafayette Anticipations », concrétisation d’un programme de préfiguration lancé avant le début des travaux en 2014. À l’initiative de Guillaume Houzé, son président, la Fondation d’entreprise Galeries Lafayette se veut « un laboratoire d’anticipations et de production ». « Anticipations », pour offrir aux artistes invités la possibilité d’expérimenter, y exposer leurs nouvelles œuvres, à raison de trois expositions annuelles. « Production », pour mettre à leur disposition un réseau de professionnels ainsi qu’un atelier équipé de machines dernier cri, situé au sous-sol et placé sous la houlette du directeur de production Dirk Meylaerts, designer recruté à Bruxelles. En outre, la Fondation invite et soutient pour une durée de trois ans des commissaires indépendants vivant à l’étranger. Le premier collège est composé de Charles Aubin, Anna Colin et Hicham Khalidi.

Des planchers mobiles

Situé au cœur de Paris, entre le Centre Pompidou et les galeries d’art contemporain du Marais, le 9, rue du Plâtre a été entièrement réhabilité et restructuré par Rem Koolhaas, entre autres acclamé pour la très réussie Fondazione Prada à Milan, et dont c’est ici la première intervention d’envergure à Paris. L’espace traversant présente une surface totale de 2 200 m2. Il faudra attendre encore un peu pour en apprécier tout le potentiel, mais d’ores et déjà le coup de maître de l’architecte batave à la tête de l’agence OMA a consisté à transformer la cour centrale de l’édifice industriel du XIXe siècle en « tour d’exposition », d’une hauteur de 19 m, dotée de quatre planchers mobiles offrant près d’une cinquantaine de configurations possibles. Au dernier étage, une verrière baignée de lumière naturelle donne sur les toits de Paris. Un café-restaurant et une boutique complètent l’ensemble.

Pour son inauguration, le lieu est investi jusqu’au 30 avril par l’artiste américaine Lutz Bacher – sa première exposition monographique en France. Intitulée « The Silence of the Sea », allusion à la Résistance en référence au texte de Vercors, son installation occupe la totalité des espaces. La projection vidéo monumentale de vues de plages du Cap Ferret dans lesquelles s’enfonce l’architecture immuable des blockhaus s’accompagne d’une omniprésente bande-son. Beaucoup de bruit, du vent et des paillettes (au sol), diront certains. « Plus qu’une exposition, un geste qui permet de ressentir plus fortement cet espace », explique François Quintin, directeur de la Fondation. Manière aussi de boucler une histoire en inaugurant le lieu avec une plasticienne connue pour son travail autour du ready-made. Or le premier ready-made de l’histoire, un porte-bouteilles, ne fut-il pas acheté par Duchamp en 1913 au proche BHV ? Le bâtiment de Lafayette Anticipations était autrefois un entrepôt du célèbre Bazar de l’Hôtel de Ville… propriété du Groupe Galeries Lafayette.

Lafayette Anticipations,
9, rue du Plâtre, 75004 Paris, lafayetteanticipations.com

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°497 du 16 mars 2018, avec le titre suivant : Lafayette Anticipations, nouveau lieu de création

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque