La Villa Kérylos et ses occupants

Par Jean-Christophe Castelain · Le Journal des Arts

Le 12 avril 2017 - 152 mots

ROMAN - Adrien Goetz est l’un des plus brillants représentants de cette nouvelle littérature associant roman et histoire de l’art.

Depuis son premier opus, Webcam, paru en 2003, il en publie un presque chaque année. Le tout dernier, Villa Kérylos, penche beaucoup plus que les précédents du côté de l’histoire et de l’histoire de l’art que de l’intrigue. Celle-ci n’est qu’un mince prétexte pour raconter cette reconstitution d’une maison grecque antique construite au début du siècle dernier par Théodore Reinach sur la Côte d’Azur. Pastiche défigurant la pointe d’un promontoire pour les uns, témoignage d’érudition pour les autres, la Villa, qui appartient à l’Institut, vient d’être reprise en gestion par le Centre des monuments nationaux. L’auteur ne cache pas sa sympathie pour la maison et plus encore pour la famille Reinach. En bon professeur des universités, il a quasiment tout lu sur les deux sujets et offre une narration aussi vivante que précise.

Adrien Goetz, Villa Kérylos

Grasset, 340 pages, 20 €.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°477 du 14 avril 2017, avec le titre suivant : La Villa Kérylos et ses occupants

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque