Succession

La nouvelle villa Vassilieff

Par Margot Boutges · Le Journal des Arts

Le 27 janvier 2015 - 560 mots

Le Musée du Montparnasse cède la place à un centre d’art contemporain géré par Bétonsalon.

PARIS - Placé au cœur du chemin du Montparnasse, parenthèse de verdure qui marque le 21 avenue du Maine, le Musée du Montparnasse s’apprête à écrire une nouvelle page de son histoire. Il portera désormais le nom de « Villa Vassilieff », en référence à la peintre et sculptrice russe Marie Vassilieff qui a fait de son atelier la cantine des artistes de l’avant-garde pendant la Première Guerre mondiale. Cette appellation a été choisie par l’association Bétonsalon, qui doit s’installer prochainement entre les murs du musée. Bétonsalon – qui gère déjà un centre d’art contemporain et de recherche dans le 13e arrondissement – s’apprête à devenir locataire et gestionnaire des lieux, remplaçant ainsi l’association des amis du Musée du Montparnasse, qui a fondé et animé le lieu pendant quinze ans. En 2013, la Ville de Paris avait décidé de ne pas renouveler la convention d’occupation des lieux qui la lie aux Amis du musée du Montparnasse, en raison des importantes dissensions qui agitaient le conseil d’administration, d’une programmation d’expositions temporaires illisible et de chiffres de fréquentation en déclin. Tandis que l’association est invitée à vider les lieux, la Ville et la Société d’économie mixte d’aménagement de l’Est parisien (Semaest) lancent alors un appel d’offres pour un espace culturel orienté vers les arts plastiques. C’est sous le nom d’association du Montparnasse vivant que les Amis du musée du Montparnasse (dotés de nouveaux statuts et d’un nouveau conseil d’administration) ont répondu à l’appel d’offres dont les résultats sont tombés en décembre 2014. « Notre projet de nouveau musée n’a pas été retenu », regrette la trésorière de l’association Sylvie Buisson, conservatrice du musée entre 2002 et 2007. « Après le départ des personnalités dissidentes, notre conseil d’administration s’était rassemblé autour d’une idée commune de programmation : présenter les artistes historiques de Montparnasse aux côtés d’une création contemporaine en rapport avec ce patrimoine. Mais nous n’avons pas eu de seconde chance. C’est Bétonsalon qui a été choisi. »

Un inventaire trop à l’étroit

L’association du Montparnasse vivant s’inquiète aujourd’hui du devenir de ses archives et de la quarantaine d’œuvres confiées au fil des ans par les familles d’artistes du quartier. Si certains de ces documents sont aujourd’hui à l’abri dans un local sécurisé (tel le manuscrit des Mémoires de Marie Vassilieff), d’autres sont encore stockés dans le musée, qui entamera le 15 février des travaux pour adapter le bâtiment aux normes d’accessibilité, avant l’installation de Bétonsalon en septembre. « Le Musée de la Poste (en résidence artistique temporaire au musée pendant ses travaux de rénovation en 2014) avait accepté que notre fonds reste sur place, mais la Semaest nous a donné jusqu’au 29 janvier pour tout déménager », explique Sylvie Buisson, précisant qu’elle souhaiterait que Bétonsalon accueille aujourd’hui ce fonds en dépôt. « Les documents récoltés par le musée peuvent nous intéresser, mais il faudrait les inventorier et nous n’avons pas la place de le faire », répond Mélanie Bouteloup, directrice de Bétonsalon, affirmant « ne pas vouloir faire table rase de l’ancien musée » au sein de cette Villa Vassilieff, qui prévoit la mise en place de résidences d’artistes et de chercheurs et d’expositions d’art contemporain. Aujourd’hui en recherche d’une structure pour abriter ses collections, l’association du Montparnasse vivant, envisage de rendre certaines œuvres à ses donateurs.

Légende photo

Le chemin de Montparnasse, voie d'accès au musée de Montparnasse. © Photo Margot Boutges pour Le Journal des Arts

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°428 du 30 janvier 2015, avec le titre suivant : La nouvelle villa Vassilieff

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque