Vendredi 30 octobre 2020

La cérémonie du panthéon

Par Isabelle Manca · L'ŒIL

Le 10 avril 2015 - 667 mots

Philippe Bélaval, président du Centre des monuments nationaux.

Comment se déroulera la panthéonisation de Pierre Brossolette, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Germaine Tillion et Jean Zay ?
Philippe Bélaval La cérémonie aura lieu le 27 mai à 17 heures. C’est une date qui n’a pas été choisie au hasard, car c’est la journée nationale de la Résistance. Les quatre cercueils seront réunis à Paris, dans un lieu qui n’est pas encore déterminé, dans les jours qui précéderont la cérémonie, chacun venant de son lieu actuel d’inhumation. Ils seront ensuite acheminés en cortège jusqu’au Panthéon où les attendront le président de la République, les corps constitués et des invités. Après la cérémonie, les cercueils seront portés à l’intérieur du Panthéon. Ils reposeront pour la nuit sous la coupole. Nous ouvrirons d’ailleurs gratuitement le monument jusqu’à 22 heures pour permettre au public de venir leur rendre hommage. Le lendemain matin, les cercueils seront descendus dans le caveau où ils reposeront. Le Panthéon sera donc fermé au public le 28 mai au matin et rouvrira en début d’après-midi, gratuitement, jusqu’au 31 mai au soir.

Comment prépare-t-on un tel événement ?
Cela fait plusieurs mois que nous y travaillons avec les services compétents, notamment avec la préfecture de police pour ce qui concerne le maintien de l’ordre. L’aspect funéraire est quant à lui géré très étroitement avec les familles puisque ce sont elles qui ont un droit de regard sur les dépouilles. Il y a aussi un travail de programmation culturelle, car nous organisons différentes manifestations, notamment des lectures et une exposition sur le parcours de ces quatre personnalités qui sera inaugurée le 7 mai. C’est une opération extrêmement prioritaire et complexe. Il faut installer des tribunes, des podiums et une scénographie devant le Panthéon, tout en veillant bien sûr aux conditions de sécurité.
Par les temps qui courent, il est évidemment absolument indispensable d’avoir d’importantes mesures de sécurité pour organiser un grand rassemblement populaire. Il y a notamment des contraintes Vigipirate pour réguler le flux de personnes dans la rue Soufflot où le public pourra assister à la cérémonie.

Par le passé, il y a eu différents types de cérémonies, plus ou moins spectaculaires. Qui choisit les modalités de la cérémonie ?
C’est le président de la République, dans la mesure où il est l’ordonnateur de cet hommage. En l’occurrence, nous n’avons pas recours à une forme extrêmement scénographiée, car il nous semble que les personnalités en question ne s’y prêtent pas. Il s’agit de personnes modestes et il n’aurait pas été adéquat d’en faire un grand spectacle. La cérémonie sera plutôt sous le signe de la sobriété, de la dignité. Elle sera centrée sur les valeurs que ces personnes ont intégrées dans leur engagement dans la Résistance et leurs différents combats politiques. C’est essentiellement un discours de valeurs que nous voulons faire passer. Étant entendu que, comme l’a montré l’engagement du 11 janvier 2015, cet engagement républicain est actuellement à fleur de peau.

Le monument est en travaux, quelle incidence cela a-t-il sur la cérémonie ?
L’incidence des travaux est assez faible. Le dôme sera toujours couvert car le gigantesque échafaudage qui l’entoure ne sera pas démonté. La cérémonie se déroulera donc avec la bâche artistique de JR,  mais je ne pense pas qu’elle soit contradictoire. Les personnalités de la Résistance ont toujours un message à délivrer à chacune et à chacun d’entre nous. Le fait que toute la population soit symboliquement représentée par l’intermédiaire de cette œuvre matérialise cette idée de transmission.

Le Panthéon
Église bâtie par Soufflot, il devient en 1791 un temple républicain dédié aux grands hommes de la nation dont la crypte accueille les sépultures.

300
C’est le nombre de places que compte la crypte, 71 personnalités y sont inhumées dont Zola, Hugo ou Jaurès.

« Le Panthéon, c’est […] aussi un lieu où reposent ceux qui nous harcèlent à chaque instant, qui nous rappellent ce que nous leur devons sans doute, ce que nous devons faire pour être fidèles à leur exemple. » François Hollande, discours du 21 février 2014.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°679 du 1 mai 2015, avec le titre suivant : La cérémonie du panthéon

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque