Restitutions

En Pologne, tensions autour de la restitution des biens culturels volés par les nazis

Par Sindbad Hammache · lejournaldesarts.fr

Le 15 mai 2019 - 398 mots

VARSOVIE / POLOGNE

Un ministre a annulé une rencontre avec une délégation israélienne dans un contexte de manifestation contre les restitutions.

Manifestation du 11 mai 2019 à Varsovie, Pologne, contre la restitution des biens volés, et contre la loi américaine Act 477. © Photo Alik Keplicz/AFP
Manifestation du 11 mai 2019 à Varsovie, Pologne, contre la restitution des biens volés, et contre la loi américaine Act 477.
© Photo Alik Keplicz/AFP

La délégation israélienne, dirigée par un cadre du Ministère de l’Egalité Sociale, était déjà arrivée à Varsovie lundi dernier lorsque le ministre des Affaires Etrangères polonais a annulé la rencontre. Selon ce dernier, les officiels israéliens ont opéré des changements de dernière minute sur le contenu de ces discussions bilatérales, faisant notamment du sujet de la restitution des biens volés aux juifs pendant la Seconde Guerre Mondiale leur priorité.

Le porte-parole du ministère des Affaires Etrangère polonais a par la suite rappelé que le ministre « ne tiendra aucune discussion sur le sujet des restitutions ». Le ministère de l’Egalité sociale israélien avait annoncé peu avant la visite qu’il voulait se mobiliser davantage sur le dossier des restitutions. Une démarche qui déplaît à l’opposition israélienne, rapporte le Times of Israël, gênée d’associer la mémoire sacrée de la Shoah à des considérations matérielles.

Dans le même temps, samedi dernier, une manifestation rassemblait à Varsovie plusieurs milliers de personnes à l’appel du parti d’extrême-droite Mouvement National, contre la restitution des biens volés, et particulièrement contre la loi américaine « Justice for Uncompensated Survivors Today JUST Act 477 » (Justice pour les survivants non-indemnisés maintenant). Le Mouvement National s’est emparé du sujet dans le cadre de la campagne des élections européennes, prétendant que cette loi menaçait la Pologne du paiement de 300 milliards de dollars.

La Loi 477, adoptée en mai 2018, demande au Département d’Etat des Etats-Unis de fournir au Congrès un rapport sur les avancées opérées en matière de législation sur ce sujet par les 49 pays signataires de la Déclaration de Theresin (2009), dont la Pologne fait partie.

La Pologne a pris un retard conséquent dans ce domaine, bien qu’ayant ratifié les Principes de Washington (1998). Cette conférence avait rédigé dans une charte adoptée par 44 pays un certain nombre de principes dans le but d’accélérer la restitution des œuvres d’art.
 
Le bilan des 20 ans de ces Principes, en novembre dernier a pointé du doigt quelques mauvais élèves, parmi lesquels la Russie et la Pologne sont les seuls à avoir totalement ignoré les recommandations de la charte. La Hongrie, l’Espagne et l’Italie font également partie des pays n’ayant pas respecté ces engagements. En France, les efforts de restitution sont passés à la vitesse supérieure avec une nouvelle organisation.
 

Thématiques

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque