Vendredi 19 juillet 2019

Justice

Des artistes soutiennent Apple dans le bras de fer l’opposant au FBI

Par Nathalie Eggs · lejournaldesarts.fr

Le 29 février 2016 - 364 mots

NEW YORK (ETATS-UNIS) [29.02.15] – Plusieurs artistes parmi lesquels Richard Serra ont signé une lettre ouverte à l’attention du procureur général des Etats-Unis dans le cadre du litige opposant Apple au FBI concernant le décryptage du téléphone des auteurs de la tuerie de San Bernadino.

Une douzaine d’artistes et d’écrivains ont signé une lettre ouverte écrite par le PEN American Center, une organisation de défense de la liberté d’expression, en soutien à la résistance dont fait preuve Apple face au FBI. Les artistes Richard Serra, Fred Tomaselli, Lawrence Weiner ainsi que les écrivains Siddhartha Deb, Jonathan Lethem, Maaza Mengiste et Colm Tóibín font partie des quarante-sept signataires de la lettre ouverte adressée à Loretta Lynch, procureur général des Etats-Unis.

Ils considèrent la demande du FBI comme une menace pour la vie privée et la liberté d’expression, valeurs fondamentales inscrites dans la Constitution des Etats-Unis et mettent en garde contre les abus et les dérives nécessairement induits par le logiciel imposé par le FBI.

Le 16 février dernier, la police fédérale américaine a en effet obtenu qu’un tribunal impose à Apple le développement d’un outil de décryptage des données stockées dans ses téléphones. Le FBI possède le téléphone appartenant à l’un des deux terroristes qui ont perpétré la tuerie de San Bernardino en décembre 2015 mais ce téléphone est protégé par un mot de passe et par un système additionnel.

Tim Cook, directeur général d’Apple, a refusé de se soumettre à cette ordonnance judiciaire et les avocats d’Apple ont déposé, jeudi 25 février, une demande d’annulation de cette injonction. Parmi les arguments avancés par la défense d’Apple, figure la liberté d’expression : selon les avocats, le code informatique est assimilable à une expression écrite. Or le premier amendement de la Constitution américaine consacre une définition très protectrice de la liberté d’expression. « La Cour suprême a clairement énoncé que si le gouvernement tente de contraindre une forme d’expression, il viole le premier amendement de la Constitution », soulignent les avocats d’Apple. Il ne peut donc contraindre l’entreprise à créer un logiciel contre sa volonté. Si la demande d’annulation d’Apple est refusée, le géant californien a d’ores et déjà indiqué qu’il irait jusqu’à la Cour suprême.

Légende photo

Richard Serra au Strand Bookstore à New York le 22 avril 2014 © photo Mireya Acierto / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Thématiques

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque