Vendredi 28 février 2020

Art contemporain

Combien perçoivent les pensionnaires de la Villa Médicis ?

Par Bénédicte Gattère · lejournaldesarts.fr

Le 4 septembre 2017 - 374 mots

PARIS [04.09.17] - Le montant de la bourse mensuelle allouée aux pensionnaires de la Villa Médicis est désormais fixé à 3 500 euros. Elle permet à chacun de mener à bien ses projets durant son séjour romain.

C’est une tradition ; afin de pouvoir se consacrer à leur travaux, le gîte et le couvert des pensionnaires de la Villa Médicis sont assurés par l'Académie de France et pour faire face à leurs dépenses (achat de matériel, de fournitures...), une bourse leur est allouée.

Jusqu'ici, celle-ci variait de 3 300 euros à 4 500 euros si l'artiste avait une famille avec deux enfants par exemple. Leur rémunération assimilée à celle des fonctionnaires leur permet de bénéficier des avantages familiaux de ce régime. Le ministère de la Culture a décidé d'en modifier le montant pour la rentrée. Les pensionnaires de la prochaine promotion se verront tous logés à la même enseigne, qu'ils viennent ou non en famille. La rémunération est de l’ordre de 3 300 euros, déduction faite d'une retenue au titre du logement.

Bien qu'un atelier de menuiserie ou un laboratoire photo soient à leur disposition, ou bien un laboratoire électroacoustique pour les compositeurs et un atelier de gravure pour les graveurs, cette bourse est destinée à l'achat de tout ce dont les artistes ont besoin pour créer. Elle leur permet de faire face à tout type de dépenses, achat de bâches de bois, achat de produits pour le développement des photographies ou de tout autre fourniture, toiles et peintures. À leur arrivée, un logement et un atelier leur est attribué dont ils sont responsables de l’entretien.

L'histoire de la Villa est liée aux élèves récipiendaires du Prix de Rome, issus de l'École des beaux-arts. Ils avaient obligation de rendre leurs travaux à la fin de chaque année passée à la Villa Médicis, depuis que Napoléon a installé l'Académie sur les hauteurs de Rome, en 1803. Depuis, les règles se sont assouplies concernant la teneur des travaux rendus. Il ne s'agit plus de présenter un morceau de peinture d'histoire selon les règles de composition classiques. Sans compter qu'à l'heure actuelle, l'accent est mis sur la représentation de tous les champs de la création artistique, de la musique à la photographie en passant par le théâtre.

Légende photo

La Villa Médicis vue depuis le parvis de la Trinité-des-Monts à Rome (Italie) © Photo Marie-Lan Nguyen - 15 septembre 2006 - Photo sous Licence Domaine public CC0 1.0

Thématiques

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque