Dimanche 15 décembre 2019

Rétrospective

C’est arrivé cet été

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 6 septembre 2011 - 1448 mots

Tour d’horizon de l’actualité culturelle et artistique pendant les mois de juillet et août, en France et dans le monde.

Le patrimoine  en question
PARIS - 5 et 6 juillet Après le Sénat en janvier, l’Assemblée nationale a examiné la proposition de loi Férat-Legendre encadrant le transfert des monuments historiques de l’État aux collectivités. Le texte ayant été en partie amendé, il devra revenir en seconde lecture devant les deux assemblées. Il prévoit notamment la création d’un Haut Conseil du patrimoine, chargé de statuer sur le bien-fondé de chaque transfert. 

Guy Wildenstein mis en examen
PARIS - 6 juillet Héritier du célèbre marchand d’art Daniel Wildenstein et élu UMP, Guy Wildenstein a été mis en examen et accusé de recel d’abus de confiance pour la détention d’une trentaine de tableaux déclarés disparus ou volés et retrouvés dans la chambre forte de son institut (lire le JdA n° 341, 18 février 2011). Les œuvres ont été saisies par l’Office central pour la lutte contre le trafic des biens culturels (OCBC) dans le cadre d’une enquête sur la sulfureuse succession Wildenstein. Sylvia Roth, la veuve du marchand aujourd’hui décédée, avait déposé plusieurs plaintes contre son beau-fils, Guy Wildenstein, qu’elle accusait de dissimulation de patrimoine. 

Découverte en or
THIRUVANANTHAPURAM - 6 juillet Un trésor estimé à 14 milliards d’euros a été découvert sous le temple indou du XVIe siècle Sree Padmanabhaswamy, à Thiruvananthapuram, dans l’État du Kerala, au sud de l’Inde. Une gerbe d’or de 500 kg, une chaîne en or de plus de cinq mètres, un voile d’or de 36 kg, des quintaux de pépites d’or, des couronnes, bijoux, saphirs, rubis, diamants de Birmanie et du Sri Lanka, une tonne de pièces constituent un ensemble d’une valeur représentant trois fois le budget de l’État du Kerala. Ce dernier est devenu administrateur du trésor et les débats font rage sur son lieu de conservation. 

La Fondation Dalí  vs l’ADAGP
PARIS - 8 juillet Le tribunal de grande instance de Paris a donné raison à la Fondation Dalí, qui revendiquait la totalité du versement des droits de suite perçus en France, alors que l’ADAGP (Société des auteurs dans les arts graphiques et plastiques) en reversait une partie aux cinq héritiers légaux de l’artiste espagnol. 

Décors retrouvés
PARIS - 12 juillet Attendu depuis des années, le projet de remonter les décors de l’hôtel de la Chancellerie d’Orléans dans l’hôtel de Rohan-Strasbourg, à Paris, doit enfin voir le jour suite à la signature d’un protocole d’accord, au ministère de la Culture, entre les différents protagonistes. En tête : Bertrand du Vignaud, président du World Monuments Fund Europe (WMF), qui s’était saisi du dossier à la fin des années 1990. Restaurés par le WMF, les décors des boiseries réalisés notamment par Antoine Coypel, Louis Durameau et Jean-Jacques Lagrenée seront installés dans l’hôtel de Rohan-Strasbourg, propriété des Archives nationales, avec le soutien de la Banque de France. Cette dernière avait fait déclasser et raser la Chancellerie, dont elle était propriétaire, en 1923 (lire le JdA no 292, 28 novembre 2008). 

Un don attendu
PARIS - 12 juillet Le Musée d’art moderne de la Ville de Paris a hérité de quelque 61 œuvres (peintures, dessins et sculptures) de Giorgio De Chirico. Le don est l’heureux aboutissement d’une bataille judiciaire initiée en 1990, opposant la Fondation Giorgio et Isa De Chirico, désignée comme légataire universel à la mort de la veuve de l’artiste, et la Ville de Paris, qui devait recevoir, conformément au testament, un cinquième des œuvres du legs. 

Le Praemium Imperiale 2011
PARIS - 12 juillet Les artistes Anish Kapoor (sculpture) et Bill Viola (peinture) ont été distingués par le prix Praemium Imperiale, qui récompense chaque année cinq artistes dans différentes disciplines. L’architecte mexicain Ricardo Legorreta a également été récompensé. 

Les décorations de l’été
PARIS - 13 juillet Différentes personnalités du monde de l’art ont été promues dans l’ordre de la Légion d’honneur. Les collectionneurs Michel David-Weill et Bernard Arnault ont été, respectivement, élevés à la dignité de grand’croix et de grand officier. Gilles Fuchs, président fondateur de l’Adiaf, et Jacqueline Sanson, directrice générale de la Bibliothèque nationale de France, ont été promus officiers. L’artiste Claude Lévêque a, pour sa part, été nommé au grade de chevalier. Des conservateurs comme Béatrice André-Salvini du département des Antiquités orientales au Musée du Louvre, des défenseurs du patrimoine telle Isabelle Balsamo, chef de l’Inspection des patrimoines, ou encore des acteurs du marché de l’art comme l’antiquaire Hélène Féau font partie de cette promotion estivale. 

Le Louvre à l’hôtel de la Marine
PARIS - 15 juillet Mettant fin à plusieurs mois de polémiques, la commission chargée par le chef de l’État de rendre son rapport sur l’avenir de l’hôtel de la Marine, à Paris, a tranché en faveur du Musée du Louvre, qui en devient l’opérateur principal. Les collections de cet hôtel particulier, situé place de la Concorde (8e arr.), pourraient y être présentées de manière permanente ou temporaire dans une « galerie du trésor français », tandis que les espaces de bureaux seraient répartis entre le Louvre, la Cour des comptes et quelques éventuelles locations. 

Chiffres de fréquentation
PARIS - 21 juillet À peine achevées, les expositions « Manet » au Musée d’Orsay et « La fabrique des images » au Musée du quai Branly, à Paris, ont affiché leurs bons chiffres de fréquentation, s’élevant, respectivement, à 470 268 et 297 915 visiteurs. Le 20 juillet, l’exposition « Van Dongen », au Musée d’art moderne de la Ville de Paris, fermait ses portes, comptabilisant un total de 162 000 visiteurs.

Carcassonne se refait une beauté
CARCASSONNE - 29 juillet Les Monuments nationaux ont lancé de grands travaux de conservation et d’aménagement dans la cité médiévale de Carcassonne (Aude) pour un budget de 10 millions d’euros répartis sur quatre ans. Prévue dès cet hiver, la première phase de l’opération concernera certaines tours des remparts et escaliers de la ville, ainsi qu’un circuit plus étendu pour les 4 à 4,5 millions de visiteurs annuels. Le principe retenu consiste à restaurer la cité en respectant les partis pris élaborés par l’architecte Viollet-le-Duc à la fin du XIXe siècle. 

L’Élysée en chantier
PARIS - 1er août Construit en 1720 par les comtes d’Évreux, le palais de l’Élysée fait l’objet d’une importante campagne de rénovation pour un coût de 15,6 millions d’euros. De la façade au réseau électrique en passant par les salons du XVIIIe siècle, les travaux devaient s’achever le 24 août pour la rentrée du Conseil des ministres. 

Un legs surprise
LONGWY - 11 août La ville de Meurthe-et-Moselle devient légataire d’une riche Américaine, dont le testament prévoit le versement de 500 000 dollars (345 000 euros) au Musée des émaux. Le projet de rénovation de l’institution, abandonné faute de budget, pourrait voir le jour d’ici à 2013.

Sous le stade, le fort Vauban
LILLE - 18 août Les fouilles entreprises par l’Institut national de recherches archéologiques préventives depuis le 1er août sur le site de l’ancien stade de football de Lille (Nord) ont révélé les fondations et soubassements d’un bastion édifié par Vauban au XVIIe siècle. L’existence de ce fort était connue, mais il restait à en définir les vestiges. Le bastion avait été rasé et son fossé comblé en 1955.  

Restaurations  dans la Ville sainte
JÉRUSALEM - 22 août Après une année de travaux de restauration, la Porte de Damas a retrouvé son lustre passé, à Jérusalem. Construite en 1538 sous le sultan Soliman le Magnifique dans le pur style islamique, située entre les quartiers chrétien et musulman, la Porte de Damas n’a pas échappé aux tensions religieuses de la Ville sainte. Les habitants du quartier à majorité palestinienne craignaient en effet que les ornements islamiques de sa façade ne soient effacés. Les restaurateurs se sont attachés à lui restituer son état originel.

L’avenir des antiquités égyptiennes
LE CAIRE - 22 août Après le départ de Zahi Hawass, le controversé ministre des Antiquités limogé il y a un mois, le Premier ministre du gouvernement égyptien a nommé Mohamed Abdel-Fattah chef du Conseil suprême des antiquités, et supprimé le tout jeune ministère des Antiquités comme il l’avait annoncé fin juillet. Mohamed Abdel-Fattah travaillait déjà au Conseil suprême des antiquités dans le département des Antiquités. Très critiqué pour sa relation privilégiée avec Hosni Moubarak, l’ancien président déchu, et accusé de corruption, Zahi Hawass avait démissionné en février avant d’être réinvesti dans ses fonctions le mois suivant. Ces changements sont intervenus alors que le Metropolitan Museum of Art, à New York, a rendu à l’Égypte, le 2 août, dix-neuf vestiges de la tombe de Toutankhamon suite à des négociations initiées en novembre 2010. Les pièces devraient être exposées, avec l’ensemble du trésor du pharaon, dans le futur musée égyptien du Caire, annoncé pour 2012. 

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°352 du 9 septembre 2011, avec le titre suivant : C’est arrivé cet été

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque