Une affiche du tandem Poutine-Medvedev retirée d’une exposition à Saint-Pétersbourg pour blasphème

Par Anouk Rijpma · lejournaldesarts.fr

Le 21 novembre 2012 - 356 mots

SAINT-PETERSBOURG (RUSSIE) [21.11.12] – Jugée blasphématoire, une affiche représentant une icône pourvue des visages des deux dirigeants russes Vladimir Poutine et Dmitri Medvedev, a été retirée d’une exposition à Saint-Pétersbourg.

« Nous avons supprimé cette affiche car nous l’avons jugée incorrecte et insultante à l’encontre des sentiments des croyants », a déclaré Valentina Vassilieva, porte-parole de l’espace d’exposition Loft-proekt Etaji, pour justifier du retrait d’une affiche représentant les visages des deux dirigeants russes Vladimir Poutine et Dimitri Medvedev en lieu et place de ceux de la Vierge Marie et du Christ. Cette affiche – dévoilée au public pour quelques heures seulement – était présentée dans le cadre d’une exposition de graffitis et d’art de rue.

Preuve de l’ingérence toujours plus grandissante de l’Eglise orthodoxe dans les affaires publiques russes, une autre exposition d’art contemporain intitulée « Icônes » - comprenant des tableaux et des sculptures à caractère religieux - avait déjà été annulée sous la pression des autorités locales, après que des militants orthodoxes en aient stigmatisé le caractère profanatoire.

En septembre dernier, les mêmes activistes avaient par ailleurs tenté d’empêcher l’ouverture à Moscou, d’une exposition d’art contemporain dédiée aux trois jeunes femmes du groupe Pussy Riot accusées d’hooliganisme, d’incitation à la haine religieuse et d’atteinte aux convictions des croyants pour avoir proféré des slogans punk anti-Poutine dans la cathédrale moscovite du Christ Saint-Sauveur. Résultat : deux d’entre elles se sont vues condamnées à la mi-octobre à deux ans de camps d’emprisonnement. Si la sévérité du réquisitoire témoigne de la politique d’extrême fermeté du président russe entendant réprimer toute forme d’opposition, elle traduit également la collusion entre la puissante Eglise orthodoxe de Russie et l’Etat.

Pourtant, conformément à la constitution de 1993, la Russie - qui a reconnu quatre des cultes traditionnels que sont l’orthodoxie, l’islam, le judaïsme et le bouddhisme – est un pays laïc. Mais l’Eglise orthodoxe tenant de loin la première place - et le patriarcat de Moscou, fort de ses 130 millions de fidèles, couvrant ainsi la quasi-totalité du territoire de l’ex-république soviétique des pays baltes au Caucase en passant par l’Ukraine – n’en est devenue que plus incontournable pour le Kremlin.

Légende photo

Vladimir Poutine - World Economic Forum Annual Meeting Davos 2009- © Photo World Economic Forum - 2009 - Licence CC BY-SA 2.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque