Mercredi 20 janvier 2021

Shimon Pérès inaugure un nouveau musée juif à Moscou

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 12 novembre 2012 - 540 mots

MOSCOU [12.11.12] – A l’invitation du chef du Kremlin Vladimir Poutine, le président israélien Shimon Pérès a inauguré jeudi, un nouveau musée à Moscou consacré à l’histoire tumultueuse des juifs en Russie depuis l’époque tsariste jusqu’à aujourd’hui.

« Voilà un moment très émouvant pour mon peuple, pour mon pays et pour moi », a déclaré le chef de l’Etat hébreu Shimon Pérès, ouvrant les cérémonies d’ouverture d’un nouveau musée juif à Moscou qu’il a désigné comme le plus grand musée - consacré à la vie des juifs depuis la fin du XVIIIe siècle - jamais construit. Louant un objectif des plus louables, combattre l’antisémitisme sur le territoire russe, le président israélien âgé de 89 ans a par ailleurs rappelé, qu’issu de parents nés dans l’empire russe, il avait baigné dans un environnement familial trilingue composé de yiddish, d’hébreu et de russe.

Représenté par son ministre des affaires étrangères Serguei Lavrov, le chef du Kremlin Vladimir Poutine – convaincu que ce musée contribuera « à l’entente entre les peuples » - avait manifesté dans une déclaration : « Toute tentative de réviser la contribution de notre pays à la victoire dans la seconde guerre mondiale ou de négation dans l’holocauste, est non seulement un mensonge cynique, mais un oubli de l’Histoire. » Le grand rabbin de Russie Berl Lazar, a pour sa part évoqué « une nouvelle ère pour la vie des juifs russes ».

Avant que ne soit construit le musée, le bâtiment - cédé par les autorités russes à la communauté juive en 1999 - servait jusqu’à l’an dernier, de temple moscovite de l’art contemporain. Baptisé « Le Garage », il était dirigé par Daria Joukova, compagne du propriétaire du club de football anglais Chelsea, Roman Abramovitch. Lequel a d’ailleurs pris part à l’inauguration du musée, aux côtés du milliardaire Viktor Vekselberg.

Le bâtiment délivrera désormais « un important témoignage historique des grandeurs des hommes mais aussi de ses faiblesses », a rappelé le chef de l’Etat hébreu. Et ce, par le biais d’un ensemble exhaustif d’œuvres historiques et de lettres, complété par 13 heures de témoignages vidéo livrés par la diaspora juive russe, persécutée par le régime tsariste à la fin du XVIIIe siècle.

Si le nouvel espace met l’accent sur les souffrances endurées par le peuple juif pendant la Seconde Guerre mondiale, il vise aussi à rendre compte de leur persécution par le régime tsariste à la fin du XVIIIe siècle, mais également des purges staliniennes menées dans les années 1930.

Il faudra attendre la fin des années 1980 pour que les juifs russes puissent profiter de la libéralisation de la politique d’émigration soviétique pour migrer en Israël, suivie de la chute de l’Union soviétique en 1991, pour pouvoir enfin y pratiquer librement leur religion.

Ainsi, un nouveau musée a vu le jour, mais également un « centre de tolérance » aménagé dans un ancien dépôt d’autobus érigé en 1926 par l’architecte d’avant-garde Konstantin Melnikov. Laissé à l’abandon pendant des décennies, le bâtiment avait finalement été restauré en 2007, pour abriter une galerie d’art l’année suivante. Désormais, pourvu d’un matériel technologique hautement sophistiqué et s’étendant sur une surface de 8 500 m2, le nouvel espace constitue aujourd’hui le plus grand centre mondial dédié à la culture juive.

Légende photo

Shimon Peres, président de l'Etat d'Israël - © Photo Elza Fiúza - 2009 - Licence CC BY 3.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque