Dimanche 16 février 2020

Première mise en examen dans l'affaire Wildenstein

Par Thomas Bizien · lejournaldesarts.fr

Le 26 avril 2012 - 405 mots

PARIS [26.04.12] – L’avocat Olivier Riffaud, ancien conseiller d’Alec Wildenstein, a été mis en examen pour « blanchiment aggravé de fraude fiscale ». L'accusation porte sur 19 millions d’euros.

L'enquête sur la succession Wildenstein a franchi une nouvelle étape d'après l'AFP. Chargé de l'affaire, le juge financier Guillaume Daieff vient de lancer la première interpellation. Il a mis en examen le 15 février 2012, l’avocat Olivier Riffaud, ancien conseiller d’Alec Wildenstein, pour « blanchiment aggravé de fraude fiscale ». L'information a été publiée le 24 avril par le site web du magazine Challenges. L'avocat a été placé sous contrôle judiciaire, avec caution de 750.000 euros. Il s'est depuis pourvu devant la Cour de cassation.

Minorer 19 millions d'euros
Olivier Riffaud est soupçonné d'avoir joué un rôle clé dans l'élaboration des montages financiers mis en place par Alec et son frère Guy, a confié une source judiciaire à l'AFP. Il aurait permis de minorer de 19 millions d'euros le coût fiscal de la succession de leur père, Daniel Wildenstein, décédé en 2001. Olivier Riffaud se serait servi de son ancienne qualité de directeur fiscal d'un office notarial pour faciliter le blanchiment de cet argent.
Conseiller fiscal et notaire attitré d'Alec Wildenstein de 2004 jusqu'à son décès en 2008, Olivier Riffaud lui aurait également permis de réguler sa situation fiscale. Alec déclarait en effet des revenus bien inférieurs à son train de vie ce qui avait déjà poussé la Direction Nationale de Vérification des Situations Fiscales à lancer un contrôle fiscal en 2007, pourtant resté sans lendemain. La nouvelle enquête a elle déjà permis de révéler certains des processus qui ont permis l'évasion fiscale mise en place par les Wildenstein. Par l'intermédiaire d'une société de conseil qu'Olivier Riffaud avait conseillé à Alec Wildenstein de créer, l'héritier recevait notamment des fonds d'une autre société familiale.

Un petit rouage au sein d'un système plus large
L'avocat Olivier Riffaud semble toutefois n’être qu’un petit rouage au sein d'un système plus large. Toujours selon Challenges de nombreux autres conseillers ont joué un rôle dans la gestion des actifs de la famille Wildenstein. Parmi eux, Peter Altorfer, avocat suisse basé à Zurich, devrait bientôt être entendu par le juge Daieff. L’avocat Jean-Luc Chartier, Président du Polo de Paris et promu par Eric Woerth commandeur de la légion d’honneur en 2008 serait également dans le collimateur du juge Daieff.

Légende photo

Marteau de juge - © Photo : Avjoska - 2008 - Licence CC BY 3.0 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque