Mardi 11 décembre 2018

SVV Besch Cannes Auction

Un festival à Cannes

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 27 juillet 2007 - 450 mots

Le commissaire-priseur cannois Jean-Pierre Besch a réuni un florilège de tableaux
dont un ensemble d’Auguste Chabaud, peintre provençal.

 CANNES - « Une vente de belles choses avec provenance, pour collectionneurs et amateurs d’art » : c’est ainsi que le commissaire-priseur Jean-Pierre Besch décrit cette vente du 8 avril. Depuis quinze années, la maison organise traditionnellement à Pâques des enchères sur la Croisette, dans le cadre prestigieux de l’Hôtel Martinez.
« Quand on n’est pas parisien, on est obligé de se mettre en décalage avec la capitale », indique-t-il. Outre les vacances de printemps, l’accalmie parisienne due à la campagne présidentielle donne à cette vacation cannoise davantage de visibilité. Auguste Chabaud, peintre provençal pionnier de la peinture moderne ayant pris une dimension parisienne, y est à l’honneur à travers un ensemble d’une quarantaine de tableaux (estimés de 4 000 à 50 000 euros) et dessins (estimés de 500 à 4 000 euros) issus pour la plupart de la collection Henry Reboul.
Deux toiles de cette provenance au palmarès d’expositions important, appartenant à la période fauve parisienne, retiennent l’attention : La Chanteuse (1902) et La femme en bleu au comptoir (1909), deux huiles très hautes en couleurs illustrant la vie nocturne parisienne, estimées 60 000 à 80 000 euros. Ces deux peintures suscitent l’intérêt du marché international.

École provençale
Parmi les maîtres de l’école provençale, on notera deux toiles d’Adolphe Monticelli, Offrande à l’Impératrice, estimée 10 000 euros, et Scène de parc, offerte autour de 13 000 euros. Les Jardins de l’émir, grand tableau signé Émile Othon Friesz, jamais passé en vente et resté dans la même famille depuis son achat à la galerie Weil à Paris en 1931, estimé 40 000 euros ; L’Acrobate, une gouache monogrammée de Fernand Léger, vers 1954, estimée 18 000 euros et Trapèze volant, une grande huile sur toile de Camille Hilaire, estimée 20 000 euros feront partie des autres temps forts. Enfin, une très belle réunion d’environ quinze œuvres de Jean Cocteau, estimées de 500 à 10 000 euros, provenant pour la plupart de la collection privée de Jean Triquenot, viendra compléter cet ensemble. Jean Triquenot était un artiste cannois, peintre, décorateur et photographe, ayant travaillé avec Cocteau et participé sous la direction du maître à de nombreux décors dans les années 1950, tel celui de la chapelle Notre Dame de France à Londres, dont Le Centurion de profil, dessin au crayon signé Jean Cocteau et estimé 2 000 euros, est par exemple une étude.

TABLEAUX MODERNES ET CONTEMPORAINS

Vente le 8 avril à 14h30 à l’hôtel Martinez, 73, boulevard de la Croisette, 06400 Cannes, SVV Besch Cannes Auction, tél. 04 93 99 22 60, expositions publiques : les 6 avril 16h-19h et le 7 avril 16h-19h, www.cannesauction.com

Tableaux modernes et contemporains

- Expert : Marc Stammegna - Estimation : 1 million d’euros - Nombre de lots : 495

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°256 du 30 mars 2007, avec le titre suivant : Un festival à Cannes

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque