Dimanche 8 décembre 2019

Pompidou Malaga rapportera entre 1 et 1,5 million d’euros chaque année au Centre

Par Jean-Christophe Castelain · lejournaldesarts.fr

Le 4 septembre 2014 - 529 mots

PARIS [04.09.14] - Le Maire de Malaga et le président du Centre Pompidou ont présenté l’antenne provisoire du Centre qui doit ouvrir début 2015 dans la ville espagnole dans un bâtiment existant. Une ressource supplémentaire significative pour Alain Seban.

Les grandes lignes du projet étaient connues depuis novembre 2013. Mais il a fallu 9 mois pour régler les derniers détails. Francisco de la Torre Prados, le maire de Malaga et Alain Seban, le président du Centre Pompidou ont souhaité apporter toute la solennité que l’on réserve en général aux accords politiques ou aux gros contrats internationaux pour présenter le Centre Pompidou (provisoire) Malaga, lors d’une conférence mercredi 3 septembre 2014 où il y avait presque autant « d’officiels » que de journalistes.

Cette antenne provisoire du Centre ouvrira « au premier trimestre 2015 » dans un bâtiment neuf existant, le « Cubo » situé sur le port même de Malaga et d’une surface de 6000 m². 2000 m² (soit environ un peu moins d’un tiers d’un étage d’exposition du Centre), seront alloués à un parcours semi permanent présentant environ 80 œuvres du Musée National d’Art Moderne, s’étendant de 1905 à aujourd’hui. Un tableau de Picasso (Malaga est sa ville natale), de Frida Kahlo, de Francis Bacon ou une installation de Kader Attia sont quelques-unes des œuvres phares prêtées par le Centre. L’accrochage sera renouvelé tous les deux ans.

Un espace réduit (350 m²) présentera 2 à 3 expositions temporaires thématiques, tandis qu’un auditorium et des ateliers étofferont la médiation que les deux hommes veulent « exemplaire ».

L’accord est conclu pour une durée de 5 ans et le maire de Malaga aimerait bien qu’il soit renouvelé. Alain Seban, n’a évidemment pas fermé la porte mais l’on voyait bien qu’il ne voulait pas trop s’engager. Car c’est pour lui avant tout, malgré la rhétorique de circonstance sur « la proximité avec les nouvelles scènes artistiques » (on ignorait que Malaga était réputée pour sa scène artistique) un enjeu économique. Alain Seban veut absolument augmenter ses ressources propres. La location d’expositions « hors les murs » lui rapporte aujourd’hui 3 millions d’euros net par an. Malaga lui versera entre « 1 et 1,5 million d’euros par an » de redevance. Alain Seban aimerait bien que les Centres Pompidou Provisoires (CPP) lui ramènent plus que les expositions payantes « hors les murs » qui ont vocation à disparaitre.

Il lui faut donc multiplier les CPP dans le monde et/ou augmenter les redevances. Il ne faut pas sortir d’une grande école de commerce pour comprendre qu’au terme de 5 ans d’investissement en communication, Malaga sera prêt à tout pour conserver l’antenne du Centre quitte à augmenter la redevance. Le Centre Pompidou Malaga est un atout de plus pour cette ville du sud de l’Espagne qui attire chaque année 4 millions de touristes. C’est pour la ville un budget de 5 millions d’euros. « Des risques d’insolvabilité » s’est enquise une journaliste espagnole ? « Absolument pas lui, a rétorqué le maire, nos finances sont saines, d’ailleurs nous payons nos fournisseurs en 22 jours ».

La Ville mène des négociations similaires avec le Musée d’art russe de Saint Pétersbourg, mais elles semblent moins avancées.

Légende photo

Le « Cubo » - Málaga - Espagne - © Photo Tyk - 2013 - Licence CC BY-SA 3.0 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque