San Francisco

Un MOMA sur la côte Ouest

Une construction caractéristique du style Botta

Par Roger Bevan · Le Journal des Arts

Le 1 janvier 1995

Conçu par l’architecte suisse Mario Botta, le nouveau San Francisco Museum of Modern Art est, après le MoMA de New York, le plus grand espace d’exposition consacré à l’art moderne et contemporain aux États-Unis.

SAN FRANCISCO - L’inauguration, le 18 janvier, du nouveau bâtiment du San Francisco Museum of Modern Art (SF MoMA) va transformer l’image de la côte Ouest, haut lieu de l’art moderne et contemporain. Conçu par l’architecte suisse Mario Botta, il se dresse au 151, 3e Rue, au sud de Market Street.

Depuis sa fondation, en 1935, le SF MoMA occupait deux niveaux du War Memorial Veteran’s Building dans le Civic Center. Henry Hopkins, le précédent directeur du musée, souhaitait l’agrandir, et diverses propositions avaient été étudiées, notamment l’acquisition d’un immeuble sur les quais, pour des expositions spéciales. Mais en 1987, avec la nomination de John R. Lane à la direction du SF MoMA, le programme a pris un nouvel élan.

À son arrivée, John Lane héritait d’un autre projet : le musée envisageait de louer quatre niveaux d’une tour de cinquante-quatre étages, conçue par Cesar Pelli, que devait construire Olympia & York dans Market Street, entre la 3e et la 4e Rue. Mais en raison des contraintes qui s’appliquent aux constructions et qui en limitent l’ombre projetée, la tour ne fut jamais construite. Les services d’aménagement urbain de la ville offrirent alors au musée, qui hésitait encore à s’implanter dans une tour de bureaux, un nouvel emplacement dégagé dans les Yerba Buena Gardens. Le musée l’acquit pour une somme symbolique, mais sa nouvelle implantation dédommagea généreusement la ville en augmentant la valeur des terrains avoisinants.

La commission consultative chargée de désigner l’architecte du projet réunissait Joseph Eshrick, doyen de l’École d’architecture de Berkeley, John Morris Dixon, éditeur de Progressive Architecture, James Wood, directeur de l’Art Institute de Chicago, et John Lane lui-même. Après avoir étudié les projets de vingt-cinq architectes, ils préconisèrent la création d’une commission de sélection, composée des administrateurs du musée.

Trois noms finirent par être retenus et, à l’automne 1988, Mario Botta l’emportait sur les deux autres finalistes, Thomas Beebe, doyen de Yale University, et Frank Gehry. Le chantier démarra le 8 avril 1992, et le personnel et les collections du musée ont pu prendre possession du nouveau bâtiment l’été dernier.

Pour son premier projet de musée et sa première réalisation aux États-Unis, Mario Botta – qui construit en France la cathédrale d’Évry – a imaginé une construction audacieuse, qui s’inscrit vigoureusement dans le paysage urbain de San Francisco.

Le musée est composé d’une série d’espaces verticaux ponctués par un cylindre tronqué à éclairage zénithal, marque de fabrique de Botta. Sa superficie de 30 000 mètres carrés, dont 4 600 sont dévolus à l’espace d’exposition, en fait la plus grande surface consacrée à la présentation d’art moderne et contemporain aux États-Unis, à l’exception du MoMA de New York. La construction ultérieure de deux ailes supplémentaires pourrait ajouter 2 300 mètres carrés aux surfaces d’exposition.

L’intérieur du musée offre divers espaces pour accueillir le public et mettre en valeur la richesse des collections permanentes, qui couvrent l’art moderne américain du début du XXe siècle, la photographie depuis 1839, l’art vidéo et l’art multimédia, l’architecture et le design ainsi que des œuvres et des installations contemporaines de grandes dimensions. Le visiteur accède au musée par l’atrium central, où la lumière naturelle pénètre à pleins flots.

Cet ample espace évoque la nef d’une grande cathédrale de la Renaissance, avec ses bandes de maçonnerie, en granit poli du Canada, noires et grises veinées de rouge. Au-dessus, se déploient quatre étages de galeries, reliées par une cage d’escalier où plusieurs plates-formes en avancée offrent une vue d’ensemble.

Une galerie est réservée à la présentation temporaire des collections permanentes du musée, et une autre à des expositions ponctuelles d’œuvres et de photographies. La plus grande galerie du bâtiment (36 x 18 m), au dernier étage, sera inaugurée avec une exposition, intitulée "Into a New Museum", qui présentera la liste enviable des dons et des acquisitions récentes du musée. Les manifestations spéciales et autres célébrations seront parrainées par l’Union Bank of Switzerland, Ford Motors et la Bankers Trust.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°10 du 1 janvier 1995, avec le titre suivant : Un MOMA sur la côte Ouest

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque