Musée

Un milliardaire d’origine ukrainienne donne son nom à l’extension de la Tate Modern

Par Marine Vazzoler · lejournaldesarts.fr

Le 9 mai 2017 - 227 mots

LONDRES / ROYAUME-UNI

LONDRES (ROYAUME-UNI) [09.05.17] – Propriétaire de Warner Music, l’oligarque Leonard Blavatnik a fait un don qui serait de 50 millions de livres à la Tate Modern de Londres qui en échange va donner son nom à sa récente extension.

« Blavatnik Building », c’est ainsi que l’extension de la Tate Modern de Londres, jusqu’ici baptisée « Switch House », sera désormais désignée. Conçue par Herzog & Meuron et inaugurée en juin 2016, la construction de cette tour a coûté 260 millions de livres (305 millions d’euros) qui n’ont pas été entièrement financés. La donation qui serait de 50 millions de livres selon The Art Newspaper, en contrepartie du nom de la tour est donc bienvenue.

Une bagatelle pour ce natif d’Ukraine dont la fortune est estimée à plus de 17 milliards de livres (20 milliards d’euros). Mais l’homme d’affaires ne fait pas l’unanimité. Il appartient à cette génération qui a fait fortune en dépeçant les entreprises publiques de l’ex-URSS.

Avec ses 6 millions de visiteurs en 1 an, l’extension de la Tate Modern a permis que l’établissement ne subisse pas la baisse de fréquentation enregistrée dans la plupart des musées britanniques l’année passée.

Le directeur sortant de la Tate Modern Nicholas Serota a tenu à souligner avec quel « enthousiasme » Len Blavatnik avait soutenu la création de cette nouvelle extension et combien il était « enchanté » de lui donner son nom.

Légende photo

La nouvelle extension de la Tate Modern, Londres, octobre 2016 © photo Ludosane

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque