Mardi 18 décembre 2018

Un Antiquarium pour Herculanum

La villa des Papyrus bientôt accessible

Le Journal des Arts

Le 1 juillet 1995 - 603 mots

Le nouveau musée d’Herculanum a bénéficié de deux milliards de lires de subvention. De nombreuses maisons, rendues inaccessibles par le tremblement de terre de 1980, rouvrent leur portes, mais les touristes devront patienter encore pour visiter la villa des Papyrus, dont la restauration est en cours d’achèvement.

HERCULANUM - Le nouvel "Anti­quarium" d’Herculanum a été finan­cé à hauteur de 2 milliards de lires (6 milliards de francs) par le ministère des Biens culturels. Ce musée accueillera dans ses trois salles un large choix d’objets mis au jour sur le site : une grande barque, des bijoux – gemmes, bracelets en forme de serpents, boucles d’oreilles, bagues, une chaîne en or de 172 cm de long… – et la "cassette du chirurgien", qui contient la série complète des instruments en bronze et en fer utilisés dans cette profession au premier siècle de notre ère.

Parallèlement, la remise en état du secteur archéologique d’Herculanum se poursuit avec la réouverture au public de nombreuses maisons où l’on ne pouvait accéder depuis le tremblement de terre de 1980. En septembre prochain, on pourra visiter la Maison au salon noir, le Sacellum des prêtres d’Auguste, la Maison à l’atrium corinthien et la Maison à la cloison de bois.

Restauration de la fontaine de l’Hydre
La restauration, effectuée grâce aux fonds du projet Pompéi, a tenu compte des recommandations de la Commission de haute vigilance, qui a souhaité que les travaux soient exécutés avec des mortiers et des matériaux proches de ceux employés à l’origine : bois lamellaire pour les toits, à la place du ciment et des poutrelles, et polycarbonates pour les structures ouvertes, comme les nymphées ou les fresques.

Le nouveau surintendant archéologique de Pompéi, Pietro Giovanni Guzzo, devrait entreprendre la remise en état de la copie de la fontaine de l’Hydre, dans le bassin cruciforme destiné à la natation. Cette copie avait été fabriquée dans un laboratoire romain et financée grâce au mécénat de la société Acquedotto Vesuviano. La sculpture représente un serpent à cinq têtes, enroulé autour d’un tronc d’arbre. Le bassin a été rééquipé de tuyaux d’écoulement et de prises d’eaux.
Les travaux de restauration du quartier suburbain et des thermes ont coûté plus de vingt milliards de lires (60 millions de francs), mais avant de pouvoir visiter la villa des Papyrus, les visiteurs devront se contenter de s’arrêter à l’entrée de la demeure de Lucius Calpurnius Piso, beau-père de Jules César.

Un tunnel pour la villa des Papyrus
Un tunnel creusé sous la route met en communication le secteur archéologique et le site où la villa des Papyrus est enfouie : "Pour le moment, on a dû se contenter d’arriver jusqu’à la villa, mais par la suite, nous travaillerons sur l’édifice", déclare Ernesto De Carolis, le directeur du site archéologique.
Il paraît aujourd’hui essentiel aux archéologues de définir si Herculanum, ensevelie comme Pompéi lors de l’éruption du Vésuve en l’an 79, était construite sur un promontoire entre deux fleuves, et s’il existait des bâtiments sur la crête, en particulier entre la villa et la côte.

Ce dont on est certain, après une série de contrôles, c’est que la villa des Papyrus était construite en terrasses superposées et non, comme on l’avait cru tout d’abord, sur un seul niveau. Il faut revoir à la lumière de ces récentes découvertes le plan du Suisse Weber, relevé en juillet 1750. Certains repères de marbre ont été retrouvés et l’on espère, lors de fouilles ultérieures, parvenir à mieux comprendre l’ensemble. L’accès aux locaux habités s’effectuait par l’intermédiaire d’une série de galeries, creusées en profondeur, recouvertes d’une couche de boues et de cendres volcaniques de 25 m d’épaisseur.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°16 du 1 juillet 1995, avec le titre suivant : Un Antiquarium pour Herculanum

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque