Rome soigne ses fontaines

Des restaurations sont prévues jusqu’en l’an 2000 grâce au mécénat

Le Journal des Arts

Le 4 décembre 2008

La restauration de la célèbre fontaine du Triton, sur la place Barberini, inaugure une campagne d’interventions sur quelques-unes des nombreuses fontaines de Rome. Ces opérations de réhabilitation seront financées par des mécènes privés.

ROME (de notre correspondant) - La très active Association Roma Caput Mundi est depuis trois ans partenaire de la Commune de Rome, avec laquelle elle réalise une série de restaurations aussi importantes qu’emblématiques, comme la Louve capitoline et l’escalier du Capitole. Elle vient de participer à une nouvelle opération, la remise en état de la fontaine du Triton. Le célèbre monument du Bernin, sculpté en 1643 à la demande des Barberini, était relativement dégradé malgré nombre de restaurations – la dernière remonte à 1987 – et un entretien régulier. Calcaire, micro-algues, pollution, oxyde de fer et micro-lésions attaquent le travertin du Triton et du coquillage sur lequel il s’appuie ; les quatre dauphins qui sont dessous et la vasque souffrent des mêmes maux. L’intervention a aussi concerné la clôture du XIXe siècle en petites colonnes de granit et barres de fer, le pavage du périmètre et l’installation hydraulique, qui a été équipée d’un système d’épuration d’eau. Les travaux, dirigés par les techniciens de la Commune, viennent de s’achever. Ils ont duré moins d’un an, pour un coût de 160 millions de lires (544 000 francs) pris en charge par la Banca di Credito Cooperativo di Roma.

Avec un budget de 800 millions de lires (2,7 millions de francs) apportés par l’Acqua San Benedetto et un projet qui s’étend jusqu’à l’an 2000, le tandem Roma Caput Mundi-Campidoglio s’occupe également de la restauration de neuf des quelque 180 fontaines de quartier, typiques de la capitale. Les travaux se dérouleront en trois temps. La première tranche prévoit la réhabilitation sur cinq mois des deux fontaines des Tiares de la Porta Angelica et de celle de la Botte, au Trastevere, dessinées par Pietro Lombardi dans les années 1920, ainsi que de la fontaine Renaissance de la piazza Nicosia. Cette œuvre de Giacomo della Porta est restée pendant des siècles au centre de la piazza del Popolo, avant d’être déplacée par Valadier au début du XIXe siècle. L’année prochaine, les réhabilitations concerneront les trois fontaines de la Pigna, de la via Paolina et de la via Annia. Enfin, d’ici Pâques 2000, les fontaines du Viminale, du Rione Monti et de la piazza San Giovanni in Laterano seront nettoyées et consolidées.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°63 du 19 juin 1998, avec le titre suivant : Rome soigne ses fontaines

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque