Mercredi 12 décembre 2018

Escale

Rodin en vitrine à Roissy

Un espace d’expositions temporaires ouvre ses portes à l’aéroport de Roissy

Par Margot Boutges · Le Journal des Arts

Le 29 janvier 2013 - 512 mots

ROISSY - Rodin redorera-t-il l’image de Roissy Charles De Gaulle ? Considéré comme le « pire aéroport du monde » en 2011 selon la chaîne d’informations américaine CNN, Roissy mise sur le Terminal 2E pour attirer les voyageurs internationaux en transit.

Déjà amplement pourvu en boutiques de luxe, il ne manquait que la touche muséale à l’espace duty free. Aéroports de Paris (ADP) a initié un partenariat avec des institutions parisiennes afin d’accueillir tous les six mois des expositions au sein d’une galerie de 250 m2 baptisée « Espace Musées ».

Depuis le 15 décembre 2012 et jusqu’à fin juin 2013, les passagers en escale sont invités à arpenter gratuitement l’exposition « Les ailes de la gloire » qui accueille une cinquantaine d’œuvres d’Auguste Rodin prêtées par le Musée Rodin de Paris.

Présentant des bronzes et des plâtres venant des réserves du musée et principalement des tirages post-mortem effectués par l’institution elle-même, ayant droit de l’artiste, l’exposition file la métaphore de l’aviation autour d’œuvres évoquant l’envol, en émaillant la scénographie de quelques pièces stars (Le Penseur, Le Baiser).

Made in France
« Rodin est un symbole de l’excellence française », déclare Pascal Bourgue, directeur marketing d’ADP. Comme Cartier, Dior et autres marques jouxtant l’Espace Musée, l’artiste possède en outre « une forte audience internationale », selon Catherine Chevillot, directrice du Musée Rodin. Rodin est la figure artistique idéale pour des passagers américains ou asiatiques qui, pour beaucoup, « ne sortiront pas du hub et pour qui Rodin sera l’unique vision de la culture française », affirme Pascal Bourgue. Belle vitrine pour le Musée Rodin que cette exposition dont la façade rappelle celle d’une bijouterie de luxe. « « Les ailes de la gloire » permettront de rassembler en six mois deux fois plus de visiteurs qu’en un an au Musée Rodin », déclare Catherine Chevillot, qui espère que les passagers du Terminal 2E, (500 000 attendus en 2013), reviendront visiter le musée dont les collections attirent chaque année un public au trois-quarts international. Vitrine aussi pour les reproductions en résine et les bronzes originaux que le musée commercialise et dont la vente contribue à la moitié de ses recettes. Exposition   gratuite pour les musées, le gros œuvre étant financé par ADP et le coût du prêt, des transports et de l’assurance des œuvres étant couvert par un fonds de dotation présidé par Francis Briest, coprésident de la maison de vente Artcurial (qui n’a pas souhaité dévoiler l’identité des financeurs). Ses fils, Frédéric et Nicolas Briest, dont les salons de massages sont en bonne place dans le Terminal 2E, siègent avec lui au conseil d’administration, tout comme Olivier Lorquin, président du Musée Maillol.

Ce dernier sera-t-il le prêteur de la prochaine exposition ? Serge Lemoine conseiller d’Artcurial et ancien président d’Orsay en charge de la programmation d’Espace Musées, ne cache pas regarder du côté du château de Versailles, troisième monument français par le nombre de touristes.

RODIN. LES AILES DE LA GLOIRE

Jusqu’au 28 avril 2013, Aéroport Roissy Charles de Gaulle, Hall M du terminal 2E, accès gratuit, ouvert du premier au dernier vol, tlj.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°384 du 1 février 2013, avec le titre suivant : Rodin en vitrine à Roissy

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque