Dimanche 25 février 2018

Questions à Francesco Bandarin

Président du Centre du patrimoine mondial de l’Unesco

Le Journal des Arts

Le 25 septembre 2007

Quel est votre sentiment sur la construction d’un supermarché à proximité de la pyramide du Soleil de Teotihuacán ?
Cette nouvelle ne peut que nous inquiéter. C’est pourquoi j’ai nommé une mission d’inspection, composée d’architectes et d’archéologues, chargée d’étudier les impacts archéologiques, architecturaux et urbanistiques de cette construction, pour déterminer si elle est compatible avec la conservation des richesses du site. Le supermarché serait situé dans une bande de protection extérieure au site proprement dit. Dans cette bande se trouvent diverses zones d’habitat, dont celle de San Juan Teotihuacán, qui n’obéissent à aucun plan d’urbanisme.

L’Inah et l’Icomos affirment qu’il n’y aura aucun impact. Qu’en pensez-vous ?
L’Inah est une institution très sérieuse, qui a toute notre confiance. D’après le rapport de l’Icomos mexicain, les procédures d’analyse archéologique auraient été respectées. Je suis moins serein en ce qui concerne l’impact visuel et surtout urbanistique. Un supermarché attire forcément de la circulation automobile et d’autres implantations. Et il y a la question très importante des symboles et de l’identité culturelle, qui devra être prise en compte par les autorités mexicaines.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°206 du 7 janvier 2005, avec le titre suivant : Questions à Francesco Bandarin

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque