Samedi 21 septembre 2019

Musée

Poutine donne son feu vert au musée Chtchoukine

Par Emmanuel Grynszpan · lejournaldesarts.fr

Le 21 août 2019 - 232 mots

MOSCOU / RUSSIE

Le musée Chtchoukine pourrait ressusciter d’ici « trois ou quatre ans » sur son emplacement d’origine, a déclaré fin juin le ministre de la Culture russe, Vladimir Medinski.

Le Ministre de la Culture russe Vladimir Medinsky (ici à droite, en conversation avec Vladimir Poutine)
Le Ministre de la Culture russe Vladimir Medinsky (ici à droite, en conversation avec Vladimir Poutine)

Il s’agit du palais Troubetskoï, situé dans le centre de Moscou, non loin du Musée des beaux-arts Pouchkine. Le bâtiment est occupé par le ministère de la Défense depuis la décision prise en 1948 par Staline à la suite d’une campagne contre le « cosmopolitisme » et l’« idôlatrie de l’Occident ». La Russie s’apprête ainsi à rendre justice à Sergueï Chtchoukine, mécène visionnaire de l’art moderne français. L’idée était dans l’air depuis des années. Elle s’est concrétisée le 20 juin, quand la directrice du Musée Pouchkine, Marina Lochak, a demandé en direct à la télévision à Vladimir Poutine de rendre le palais Troubetskoï à la légendaire collection. Laquelle est divisée entre le Musée Pouchkine à Moscou et l’Ermitage à Saint-Pétersbourg, et fait l’objet d’âpres rivalités entre les deux institutions. La question était préparée pour souligner le rôle incontournable du président russe dans tous les arbitrages cruciaux. Le Musée Pouchkine effectue d’importants travaux dans son voisinage dans le but de créer un « quartier d’art » dans le but d’avaler le palais Troubetskoï. Il n’est pas exclu qu’à terme la collection Chtchoukine soit rejointe par celles d’autres illustres mécènes russes (dont Morozov) afin de ressusciter le fameux « Musée du nouvel art occidental ».

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque